Tannay

Comm. VD, distr. de Nyon. Village groupé sur une terrasse dominant le Léman, entre les routes Genève-Saint-Cergue et Genève-Lausanne. 1390 Taney. 113 hab. en 1764, 160 en 1850, 135 en 1900, 251 en 1950, 1227 en 2000. Vestiges d'un établissement gallo-romain. Au Moyen Age, T. faisait partie de la seigneurie de Coppet. Un conflit à propos d'une terre à Veytay, en limite de Mies, opposa ses habitants au baron de Coppet (1666). Intégrée au bailliage de Nyon sous le régime bernois (1536-1798), la commune fut attribuée au district de Nyon en 1798. T. a toujours relevé de la paroisse de Commugny. Le "château" (auj. bâtiment communal) date de 1649. La commune accueillit des réfugiés huguenots, en particulier du Pays de Gex, dont un certain Jean Delor. Ses descendants fondèrent une fabrique d'horlogerie, qui fut prospère au XIXe s. L'école était commune avec Mies jusqu'en 1849. Société de laiterie et de fromagerie de Mies-T. (1883). Halte sur la ligne ferroviaire Genève-Lausanne (1858). Agricole et viticole jusqu'en 1950, T. a acquis au début du XXIe s. un statut résidentiel pour une population aisée travaillant à Genève. Chantier naval, port de plaisance.


Bibliographie
– J. Plojoux et al., Chronologie de Tannay, dactyl., s.d. (ACV)
Commune de Tannay: rénovation et reconversion du château, 1985
Districts d'Aubonne, Cossonay, Grandson, Morges, Nyon, Orbe, Rolle, La Vallée et Yverdon, 1994, 141-142

Auteur(e): Germain Hausmann