14/01/2010 | communication | PDF | imprimer

Mies

Comm. VD, distr. de Nyon. Village-rue sur la route de Genève à Saint-Cergue, sur une terrasse dominant le Léman. 1345 Miez. 16 feux en 1633, 143 hab. en 1803, 162 en 1850, 223 en 1900, 491 en 1950, 908 en 1980, 1499 en 2000. Station littorale du Néolithique récent au lieudit Les Crénées, bloc erratique à cupules (dit Pierre à Pény), nécropole du haut Moyen Age. L'histoire de M., cité dès 1345, se confond avec celle de la seigneurie de Coppet. Une confrérie indépendante, attestée dès 1395, montre une première communauté d'habitants, qui, au XVe s., cherche à se soustraire au servage. Sous l'Ancien Régime, la localité est incorporée au bailliage de Nyon (1536-1798). Chapelle (1518, tôt désaffectée) relevant de la paroisse de Commugny. Ecole commune avec Tannay (1736), bâtiment d'école par Maurice Braillard (1912). Ligne de chemin de fer Lausanne-Genève en 1858, halte en 1887. Chantier naval (1905). Réserves naturelles de la Gouille Marion (forêt de Veytay) et des Crénées. Autrefois centré sur les cultures maraîchères, l'agriculture et la viticulture, M. est devenu, dès la fin de la Deuxième Guerre mondiale, une commune résidentielle. En 2000, plus de la moitié de la population active travaille à Genève.


Bibliographie
– B. Barbeau, Mies à l'écoute de son passé, 1993

Auteur(e): Germain Hausmann