03/03/2009 | communication | PDF | imprimer

Krauchthal

Comm. BE, distr. de Berthoud, constituée des villages de K., Hettiswil et Hub, situés en plaine, ainsi que de Dieterswald et Thorberg en position surélevée. 1108-1122 Crouchtal, 1181-1182 Crochtal. 877 habitants en 1764, 2285 en 1850, 2122 en 1900, 1814 en 1950, 2480 en 2000.

Silex néolithiques (Mooshubel, Buech), vestiges romains, dont des traces d'habitations à poteaux à Thorberg et unevilla sur le flanc nord de la vallée. Les châteaux médiévaux de Thorberg et de Liebefels-Sodfluh, ainsi que l'ouvrage défensif de Tannstigli sont à portée de vue les uns des autres. Seuls les possesseurs de Thorberg sont connus avec certitude: il s'agit des seigneurs homonymes, attestés entre 1175 et 1400. L'église du prieuré clunisien édifié à Hettiswil au Moyen Age conserve des fondations romanes, ce qui n'est pas le cas de la chapelle médiévale (attestée en 1560) du Sandhubel. Dans la vallée du Lindental, des habitations rupestres sont occupées sans interruption depuis le XVIe s. Hettiswil, avec sa basse juridiction, revint au prieuré, fondé en 1107. Le village fit partie dès 1406 de la juridiction bernoise de Zollikofen, et dépendait du sautier (Freiweibel) de Hindelbank, ainsi que de la ville de Berne pour la haute juridiction. Les biens curiaux de l'église de K., fief d'Empire, appartinrent aux chevaliers d'Egerdon, puis passèrent en 1299 avec d'autres biens et la basse juridiction de K. aux seigneurs de Thorberg, les plus importants propriétaires terriens de la région. Ceux-ci firent don de tous leurs biens à la chartreuse de Thorberg en 1397. Le territoire de la commune actuelle était divisé, pour la majeure partie, entre les monastères de Hettiswil et de Thorberg jusqu'à leur suppression à la Réforme. Après 1528, ce territoire fut administré par le bailli bernois de Thorberg. Le droit de patronage et l'avouerie sur l'église de K., mentionnée en 1270 sous le vocable de saint Maurice, appartenaient à l'Empire. Les chevaliers d'Egerdon les détinrent en tant que fief avant 1270, puis les remirent aux hospitaliers de Saint-Jean de Münchenbuchsee. Ils revinrent aux seigneurs de Thorberg en 1299 (en alleu dès 1371), à la chartreuse en 1397 et à Berne après 1528. A la suite de la sécularisation du prieuré en 1528, Hettiswil fut attribué à la paroisse de K.

Au Moyen Age, les communautés d'Hettiswil, K. et Hub pratiquaient l'assolement triennal, leurs paysans ayant des droits d'usage sur les prairies ainsi que sur le bois des forêts seigneuriales (coutumier de 1470). Ensemble, les paysans de K. et de Hub défrichèrent avant 1470 les forêts du Längenberg et se partagèrent les terres. Un intendant administra les biens conventuels de leur sécularisation à leur vente aux paysans en 1534 et 1560. La paroisse de K. fut rattachée au district de Berthoud en 1803 et K. devint commune en 1833. Au XIXe s., l'Etat vendit les anciennes forêts seigneuriales à K. et à Hettiswil. Elles tombèrent en partie en mains privées (1819-1850), demeurèrent pour le reste bien bourgeoisial, administré par la commune. L'ouverture de la première fromagerie date d'avant 1848, ce qui signifie que l'industrie laitière était déjà répandue. De 1855 à 1863, la commune assécha la plaine marécageuse (qui servait en partie de communaux). Un remaniement parcellaire a eu lieu de 1980 à 1999. L'agriculture, la culture maraîchère et l'artisanat dominent sur les hauteurs, mais le pénitencier de Thorberg et une carrière de molasse offrent également des emplois. De nouveaux quartiers d'habitation ont vu le jour durant la seconde moitié du XXe s., principalement dans les villages de K. et de Hettiswil.


Bibliographie
Krauchthal: Ein Heimatbuch, 5 vol., 1971-1999
– I. Meili-Rigert, Bauinventar der Gemeinde Krauchthal, 2005

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / ABI