Borex

Comm. VD, distr. de Nyon dès 1798, située au pied des premières pentes du Jura, près de la frontière française. Vers 1213 Borrai. 14 feux en 1429, 107 hab. en 1764 (25 feux), 121 en 1850, 168 en 1900, 182 en 1950, 201 en 1960, 865 en 2000. Ruines de l'aqueduc romain qui amenait à Nyon les eaux de Divonne. B. dépendait au Moyen Age de la seigneurie de Crassier (citée dès 1135), puis fit partie du bailliage de Nyon jusqu'en 1798; la commune était gérée par l'assemblée des communiers. En 1642, Berne inféoda une partie du village à Jean-Jacques Quisard, seigneur de Crans; elle passa en 1738 aux de Portes. Rattachée à la paroisse de Crassier. Station sur la ligne de chemin de fer Nyon-Crassier-Divonne (1905-1962). Commune rurale, B. s'est fortement développée dès 1970 et est devenue en partie résidentielle avec un fort pourcentage de navetteurs, travaillant surtout à Genève. En 1990, 26% de la population est encore active dans l'agriculture et la viticulture.


Bibliographie
– G. Rochat, Borex au rythme des temps, 1978

Auteur(e): Patricia Ferrari-Dupont