Villars-Mendraz

Ancienne commune VD, district du Gros-de-Vaud, au nord du Jorat, ayant fusionné en 2011 avec Montaubion-Chardonney, Peney-le-Jorat, Sottens et Villars-Tiercelin pour former la commune de Jorat-Menthue. La délimitation du territoire communal fut arrêtée en 1752; V. possédait alors encore des forêts à Peney-le-Jorat, Montaubion-Chardonney et Villars-Tiercelin. 1453 Villarmendra (et non Vilar Mundri, 1235). 4 feux en 1416, 94 hab. en 1764, 105 en 1798, 200 en 1850, 137 en 1900, 112 en 1950, 84 en 1970, 190 en 2000. Au Moyen Age, le prieuré de Lutry et l'abbaye de Hautcrêt avaient des biens à V. La mayorie de V., qui relevait du prieuré, passa à différents propriétaires: un certain Hugues en 1333, la famille Demierre de Moudon au XVIIe s., les Constant d'Hermenches dès 1753. V. fit partie de la châtellenie de Villarzel dans le bailliage de Moudon (1536-1798), puis du district de Moudon (1798-2006). Paroisse au Moyen Age (église Saint-Pierre), de la présentation du prieuré de Lutry, V. fut annexe de Saint-Cierges de la Réforme à 1910, fut réuni à Peney-le-Jorat jusqu'en 2000 (paroisse du Plateau du Jorat jusqu'à fin 2011, puis du Gros-de-Vaud). Plan de zone adopté en 1977. Encore agricole (43% des emplois dans le secteur primaire en 2005), V. devient une localité résidentielle.


Bibliographie
– H. Liard et al., 750 ans Villars-Mendraz, 1235-1985, 1985
– J. Sauter, La paroisse réformée de Peney-le-Jorat, Villars-Tiercelin et Villars-Mendraz 1794-1994, 1994

Auteur(e): Gilbert Coutaz