• <b>Der Nebelspalter</b><br>En-tête de l'un des premiers numéros de l'hebdomadaire humoristique et politique illustré, 1875, n<SUP>o</SUP> 9 (Bibliothèque nationale suisse). Une allégorie du journal, debout, tente de fendre le brouillard (traduction de <I>Nebelspalter</I>) de sa grande plume d'oie, faisant apparaître une foule bigarrée dont certains personnages (ecclésiastiques, militaires, banquiers) portent des pancartes sur lesquelles on peut lire: cours de la bourse, liquidation, pétrole, privilèges. A gauche, une allégorie du Temps tient un miroir qui reflète le mot <I>Vorwärts</I> (en avant!).

Nebelspalter, Der

Hebdomadaire humoristique et politique illustré, indépendant, fondé par Jean Nötzli, le Nebelspalter parut pour la première fois en 1875. Enfant du Kulturkampf, il s'inscrivait alors dans le courant anticlérical et s'opposait au conservatisme qui freinait le progrès. Après 1900, il s'éloigna de cette ligne et devint plus littéraire. Ses prises de position en faveur de l'Allemagne pendant la Première Guerre mondiale lui firent perdre une grande partie de ses abonnés après la défaite de 1918. Il se redressa grâce à la maison d'édition du futur conseiller aux Etats Ernst Löpfe-Benz, qui le reprit en 1922, et grâce au caricaturiste Carl Böckli (Bö). Dès 1933, le Nebelspalter commença à mettre en garde contre la catastrophe qui se préparait et à mener, surtout à l'aide de la caricature et en dépit de la censure suisse, la lutte contre l'influence morale du nazisme et du fascisme. Il prit aussi position sur des questions sociales et politiques. Parmi les artistes qui travaillèrent pour lui, citons Gregor Rabinovitch, Fritz Boscovits, Lindi et Heinrich Danioth. Le tirage progressa jusqu'à l'époque de la guerre froide (65 000 exemplaires en 1975), malgré la disparition de la menace extérieure. Au début des années 1990 cependant, la feuille, qui cultivait la satire dure et souvent blessante, perdit un grand nombre de ses abonnés, jusqu'à mettre en danger sa survie. En 2007 le Nebelspalter ne paraissait plus que dix fois par an avec un tirage de 20 000 exemplaires.

<b>Der Nebelspalter</b><br>En-tête de l'un des premiers numéros de l'hebdomadaire humoristique et politique illustré, 1875, n<SUP>o</SUP> 9 (Bibliothèque nationale suisse).<BR/>Une allégorie du journal, debout, tente de fendre le brouillard (traduction de <I>Nebelspalter</I>) de sa grande plume d'oie, faisant apparaître une foule bigarrée dont certains personnages (ecclésiastiques, militaires, banquiers) portent des pancartes sur lesquelles on peut lire: cours de la bourse, liquidation, pétrole, privilèges. A gauche, une allégorie du Temps tient un miroir qui reflète le mot <I>Vorwärts</I> (en avant!).<BR/>
En-tête de l'un des premiers numéros de l'hebdomadaire humoristique et politique illustré, 1875, no 9 (Bibliothèque nationale suisse).
(...)


Bibliographie
– M. Ratschiller, Bedrohte Schweiz, mém. lic. Fribourg, 2004
– N. Magnin, Bundeskarikaturen im Nebelspalter von 1875 bis 2004, mém. lic. Fribourg, 2006

Auteur(e): Bruno Knobel / WW