Conteur vaudois, Le

Revue fondée à Lausanne en 1862 comme organe de l'Association vaudoise des amis du patois par Louis Monnet, député au Grand Conseil, et son collaborateur Henri Renou. Elle était consacrée à des histoires et anecdotes locales et populaires, au patois vaudois, aux innovations et développements de l'agriculture et de l'industrie. Des écrivains vaudois connus, des pasteurs et des intellectuels (par exemple Alfred Cérésole et Louis Favrat) y collaborèrent. A la mort du fondateur (1901), les journalistes Julien Monnet, son fils, et Victor Favrat, fils de Louis, en reprirent la direction. Hebdomadaire jusqu'en 1934, la revue reçut les dernières années le soutien financier de la Société des amis du Conteur. Après une assez longue interruption, elle reparut mensuellement de septembre 1947 à août 1950 sous le titre Le nouveau Conteur vaudois par les soins de Jean Bron et de Robert Molles, puis comme Nouveau Conteur vaudois et romand et finalement, entre 1956 et 1968, comme Le Conteur romand, revue pour le maintien des patois et des traditions. A partir de 1964, les parutions ne cessèrent de s'espacer.


Bibliographie
– J.-P. Chuard, Des journaux et des hommes, 1993, 152-158

Auteur(e): Ernst Bollinger / WW