11/07/2007 | communication | PDF | imprimer

Montaubion-Chardonney

Comm. VD, distr. du Gros-de-Vaud dès 2006, au cœur du Jorat, formée de deux hameaux, sur la rive droite de la Mentue. Vers 1200 in Monte Albeonis, 1223 Montalbium, 1223 Chardenai. 18 feux en 1764, 112 hab. en 1798, 126 en 1850, 116 en 1900, 90 en 1950, 74 en 2000. Au Moyen Age, M. est rattaché au territoire de Dommartin, sur lequel l'évêque de Lausanne affirme ses droits en 908; en 1223, il est mentionné comme possession du chapitre cathédral de Lausanne (mandement de Dommartin), où la justice était exercée par un mayor, puis un châtelain. Le couvent de Montheron y possédait aussi des droits, cités en 1393 et cédés en 1725 par la ville de Lausanne à celle de Berne. Au XVe s., des Belley de Chardonney, puis des Jaccaud de Montaubion tenaient l'office de portiers à l'entrée du bourg de Dommartin. Plusieurs procès en sorcellerie aux XVe et XVIe s. M. fut rattaché au bailliage de Lausanne (1536-1798), puis attribué au district de Moudon (1798-2006). Au spirituel, le village a toujours relevé de la paroisse de Dommartin. Disparition des activités artisanales (charpentier, charron, maréchal, meunier) au XXe s., fermeture de l'école en 1938. Cinq exploitations agricoles en 2000.


Bibliographie
– L. Pfister, L'enfer sur terre, 1997

Auteur(e): Jean-Jacques Bouquet