11/07/2003 | communication | PDF | imprimer

Expéditions au sud des Alpes

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Opérations militaires entreprises par les Confédérés et leurs alliés au XVe s. et au début du XVIe afin d'étendre leur domination au sud des cols alpins. Uri et les cantons riverains de la route du Gothard prirent la part la plus active à la poussée vers le Tessin. Ils ne négligèrent pas le val d'Ossola, voie d'accès au Simplon et axe parallèle au Gothard, qui cependant intéressait surtout les Valaisans et les Bernois, tandis que les Grisons avaient des visées sur la Valteline, Chiavenna et Bormio. L'assistance militaire prévue par les pactes fédéraux, les intérêts commerciaux en jeu, l'importance économique et sociale du service mercenaire et le rôle des réseaux diplomatiques entraînèrent souvent une participation de l'ensemble des Confédérés à ces opérations. La paix conclue entre l'Urseren et la Léventine en 1331 et l'extension, aux termes du pacte de 1351 entre les Waldstätten et Zurich, du rayon d'assistance jusqu'au Monte Piottino, attestent l'importance, au XIVe s. déjà, de la politique transalpine. La concrétisation territoriale commença en 1403, quand Uri et Obwald conclurent une alliance avec la Léventine, avant d'accorder en 1407 la combourgeoisie aux barons de Sax-Misox, qui devront leur céder Bellinzone en 1419. Parallèlement, l'Urseren passait avec Uri un traité de combourgeoisie perpétuelle en 1410, tandis que diverses campagnes menées à partir de 1407 dans les vals d'Ossola, Maggia et Verzasca amenèrent l'empereur Sigismond à reconnaître en 1418 la souveraineté des Confédérés sur ces territoires. Mais toutes les conquêtes furent perdues à la suite de la reprise de Bellinzone par Milan et de la défaite des Suisses à la bataille d' Arbedo en 1422. Au premier capitulat de Milan en 1426, la Diète se contenta d'une exonération douanière jusqu'à Milan. Dans l'ombre des guerres menées par les Confédérés, les Uranais, tirant profit des faiblesses internes du duché de Milan (luttes politiques au sommet, opposition en Léventine) entreprirent de fréquentes expéditions militaires au Tessin et y remportèrent des succès. La Léventine leur fut remise en gage en 1441 et cédée durablement en 1466 par Milan, malgré leur défaite à la bataille de Castione en 1449, suivie d'un traité de paix avec François Sforza en 1450. Lors de l'expédition de Bellinzone de 1478, menée par l'ensemble des cantons, les Confédérés remportèrent la victoire à la bataille de Giornico; le chapitre cathédral de Milan reconnut en 1487 la domination uranaise sur la Léventine. Les Valaisans firent une vaine tentative dans le val d'Ossola en 1487. Les visées des Français sur l'Italie, dont le premier acte fut la campagne de Charles VIII contre Naples en 1494, déclenchèrent les guerres d' Italie. En dépit de la capitulation qui liait les Confédérés à la France, les mercenaires suisses garnissaient abondamment les rangs des deux camps. En 1495, agissant pour leur propre compte, des mercenaires d'Uri et des cantons voisins occupèrent le val Blenio et la Riviera, puis en 1500 s'emparèrent du pouvoir à Bellinzone. Par le traité d'Arona en 1503, Louis XII, roi de France, dut céder ces territoires aux cantons d'Uri, Schwytz et Nidwald. Sous l'influence de Mathieu Schiner, la Confédération renonça en 1509 au renouvellement de l'alliance avec la France pour en conclure une l'année suivante avec le Saint-Siège. Les campagnes des Confédérés atteignirent leur point culminant sous la conduite du pape Jules II, qui voulait briser la puissance française en Lombardie. Ce fut une lutte acharnée dont la campagne de Pavie en 1512, Novare et l'expédition de Dijon en 1513, Marignan en 1515, la Bicoque en 1522 et la seconde bataille de Pavie en 1525 furent les événements les plus marquants. Jusqu'à la défaite de Marignan, les Confédérés prirent part à la lutte comme partie belligérante et temporairement comme protecteurs du duché de Milan. Pendant la campagne de Pavie de 1512, ils étendirent leur domination à Locarno, aux vals Maggia et Verzasca, à Lugano et au Mendrisiotto. Le val d'Ossola fut une nouvelle fois soumis. Les Grisons s'emparèrent en 1512 de la Valteline, de Bormio et de Chiavenna. A la Paix perpétuelle de 1516, le roi François Ier concéda aux Confédérés et aux Grisons les territoires qu'ils avaient conquis, sauf le val d'Ossola, rendu à Milan. Ce fut la fin des expéditions transalpines menées de son propre chef par la Confédération, dont la frontière méridionale ne changea plus pendant près de trois siècles. La capitulation de 1521 régla les relations des Confédérés avec la France.


Bibliographie
– W. Ehrenzeller, Die Feldzüge der Walliser und Eidgenossen ins Eschental und der Wallishandel 1484-1494, 1912
– G. Chiesi, «Una battaglia dimenticata», in BSSI, 1979, 153-202
Milano nell'età di Ludovico il Moro, 1983
– W. Schaufelberger, J. Stüssi-Lauterburg, Marignano, 1993 (avec bibliogr.)
– H. Stadler-Planzer, Geschichte des Landes Uri, 1re partie, 1993
– B. Koch, «Kronenfresser und deutsche Franzosen», in RSH, 46, 1996, 151-184

Auteur(e): Hans Stadler / LA