Waldshut, guerre de

Trois causes sont à l'origine de la guerre de Waldshut: la menace que les nobles du Sundgau, favorables au parti autrichien, faisaient peser sur Mulhouse, ville d'Empire alliée des Confédérés, la poussée expansionniste de Berne et de Soleure dans le Sundgau et les guerres privées de nobles du sud de l'Allemagne (en particulier Bilgeri von Heudorf) contre Schaffhouse dans le Klettgau et le Hegau. Après avoir fait étalage de leur force dans le Sundgau à la fin juin 1468, mais sans mener de bataille ouverte, les Confédérés conduisirent leurs troupes (env. 15 000 à 16 000 hommes) à l'assaut de Waldshut, ville habsbourgeoise, à la fin juillet, tandis que, simultanément, d'autres Confédérés, passant par Schaffhouse, pénétraient dans le sud de la Forêt-Noire. Les Habsbourg tentèrent en vain de libérer la ville. Bien que dûment préparé par des tirs d'artillerie, l'assaut final ne put avoir lieu, en raison de divergences entre les Confédérés. Aux Bernois qui poussaient à l'action s'opposaient les Zurichois et les autres cantons, qui souhaitaient négocier avec les Habsbourg. Des discussions eurent finalement lieu sur l'initiative des Bâlois et aboutirent à la paix de Waldshut (27 août 1468). Aux termes de ce traité, le duc Sigismond de Habsbourg, régent d'Autriche antérieure, s'engageait à verser 10 000 florins avant le 24 juin 1469. Le défaut de paiement entraînerait la mainmise des Confédérés sur Waldshut et sur les territoires habsbourgeois de la Forêt-Noire. Sigismond parvint à s'acquitter en donnant en gage une partie de ses possessions d'Autriche antérieure à Charles le Téméraire. Les événements sont commémorés à Waldshut lors de la kermesse locale du troisième dimanche d'août.


Bibliographie
– M.A. Meier, Der Waldshuterkrieg von 1468, 1937
– M.A. Meier, «Der Friede von Waldshut und die Politik am Oberrhein bis zum Vertrag von St. Omer», in ZGO, 90, 1937, 321-384

Auteur(e): Christian Ruch / LA