Landwehr

Terme allemand utilisé en Suisse pour désigner une classe d'âge de l'armée. Entre 1815 et 1848, l'armée fédérale se composait des contingents cantonaux d'élite et de réserve (règlement militaire de 1817). Les cantons entretenaient en plus des unités de landwehr, qui relevaient de leur souveraineté, mais dont la Confédération pouvait disposer en cas de danger. En 1853, on servait en élite de 22 à 30 ans, dans la réserve de 31 à 38 ans, dans la landwehr jusqu'à 44 ans; on n'y fit des cours de répétition qu'à partir de 1884. En 1874, l'obligation de servir devint effective et l'armée fédérale comprit dès lors toutes les troupes constituées en Suisse. Le landsturm est recréé en 1886.

La loi de 1897 distinguait l'élite, qui formait le gros de l'armée de campagne, la réserve, la landwehr de premier ban (hommes âgés de 33 à 39 ans) et celle de second ban, formée des hommes âgés de 40 à 44 ans, ces derniers servant à l'arrière. Les bataillons de landwehr pouvaient être groupés en régiments et en brigades. Mais, depuis 1892, seuls les trente-trois de premier ban auraient été intégrés dans les corps d'armée en cas de mobilisation. Dès 1907, on servit en landwehr de 33 à 40 ans. Une partie des six brigades d'infanterie de landwehr furent engagées à la frontière à partir d'août 1914.

Vu la situation internationale, les grandes formations d'infanterie de landwehr furent dissoutes en décembre 1937 au profit de brigades frontière statiques (huit dans le secteur lac de Constance - Bâle - Léman). Composées d'hommes de l'élite, de la landwehr et du landsturm, elles défendaient leur secteur et protégeaient la mobilisation de l'armée de campagne. Landwehr de second ban et landsturm formaient les compagnies de parc d'infanterie et les convois; le solde, toujours avec le landsturm, se retrouva au service territorial.

Après 1951, les brigades frontière ne comprirent que les hommes de la landwehr (âgés de 37 à 48 ans, de 33 à 42 dès 1960). L'Armée 61 comptait en outre des formations de DCA de landwehr et des formations mixtes dans certaines armes. Avec l'Armée 95, le système des classes d'âge a disparu.


Bibliographie
– F. Feyler, La Suisse sous les armes, 1914, 32-33
– D. Borel «Organisation des troupes: 1874-1971», in RMS, 1972, n° 6, 285-291

Auteur(e): Hervé de Weck