13/01/2011 | communication | PDF | imprimer | 

Berthoud (seigneurie, district)

Seigneurie du XIIe s. à 1384, bailliage (Schultheissenamt) jusqu'en 1798, district sous la République helvétique (1798-1803), bailliage (Oberamt) dès 1803, district bernois dès 1831 (all. Burgdorf), dans la partie inférieure de l'Emmental. La région releva d'abord de Kirchberg, domaine des rois de Bourgogne, puis passa aux mains des Zähringen après 1080. Ces derniers (ou leurs prédécesseurs) bâtirent le château fort de B., dont les parties les plus anciennes remontent au moins au XIIe s., pour protéger la transversale sud-est du Plateau qui reliait le Léman au Rhin en passant par Berne. On citera comme mentions du château fort (Burg): peut-être le castellum Bertoldi ducis en 1080, la dénomination Oberburg (qui suppose une untere Burg) en 1139 et in castello Burgdorf en 1210. La protection de la route, du pont de l'Emme avec son péage et du transport par flottage incombera par la suite à la ville de B. Le site fortifié, nommé château (Schloss) à partir du milieu du XVIe s., incluait le vieux marché (ou bourg); ses deux chapelles, dédiées à Jean-Baptiste et Marguerite, furent sécularisées à la Réforme. Quand Berthold V de Zähringen mourut en 1218, le château fort revint en douaire à sa veuve; les comtes de Kibourg l'annexèrent en dépit de l'arbitrage impérial de 1235 et en firent le centre, avec Thoune, de leur seigneurie des bords de l'Aar. Après la guerre de Berthoud (1383-1384), les Kibourg-Berthoud, appauvris, durent vendre B. et Thoune à Berne en 1384. Ayant acquis des mêmes Kibourg, de 1406 à 1408, leur vaste landgraviat de Bourgogne avec ses juridictions, la ville de Berne institua, entre 1471 et 1525, un nouveau bailliage (Schultheissenamt) exerçant les haute et basse juridictions (sauf sur B. et Heimiswil), lequel devait comprendre Kirchberg, la juridiction d'Alchenflüh (1471), Wynigen (1502), Heimiswil (1502-1519), Hasle et Oberburg (avant 1525). Nommé par Berne et bourgeois de cette ville, l'avoyer ou Schultheiss (successeur de celui des Kibourg mentionné en 1240) était bailli et président du Conseil de B. Lors de son entrée en fonction, il confirmait les droits et privilèges de la ville, puis recevait son serment d'allégeance. Il avait sa résidence officielle et privée au château; ce dernier abritait la chancellerie, la prison et l'entrepôt de grains (il n'y a des greniers publics dans la ville basse que depuis 1731 et 1770). Le château était confié à la garde de trois valets d'armes et en cas de péril (guerre des Paysans en 1653) à une garnison. Le poste d'avoyer de B. passait pour lucratif. Il fut supprimé en 1798. Par rapport au district de B. de l'Helvétique, le bailliage érigé en 1803 (district, administratif et judiciaire, dès 1831) perdit quelques communes (nord du nouveau bailliage de Fraubrunnen) et en gagna quatorze, des anciennes circonscriptions de Wangen (neuf), Zollikofen (quatre) et Landshut (une). Depuis 1997, B. fait partie de la région Emmental-Haute-Argovie et est associé au district de Fraubrunnen pour la justice (tribunal à B.) et le cadastre (registre foncier à Fraubrunnen). Le château sert aujourd'hui de siège et de résidence au préfet.


Bibliographie
Heimatbuch des Amtes Burgdorf und der Kirchgemeinden Utzenstorf und Burgdorf, 2 vol., 1930-1938
– F. Häusler, Das Emmental im Staate Bern bis 1798, 2 vol., 1958-1968
MAH BE Land, 1, 1985
– A.-M. Dubler, «Die Herrschaften der Stadt Burgdorf im Oberaargau», in Jahrbuch des Oberaargaus, 1996, 105-130

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / WW