14/11/2006 | communication | PDF | imprimer

Hindelbank

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Comm. BE, distr. de Berthoud, comprenant le village-rue de H.; une prison pour femmes se trouve au lieudit Wiler. 1275 Hundelwanc. 328 habitants en 1764, 651 en 1850, 1124 en 1880, 1006 en 1900, 1162 en 1950, 1970 en 1990, 2000 en 2000. Vestiges isolés, peut-être néolithiques, au village; traces d'habitat sans doute romain aux Lindachfelder. Le château fort du Wiler (sur étang, première moitié du XVe s., entièrement disparu) fut démoli et remplacé par un manoir, dont le noyau remonte à la première moitié du XVIe s. La seigneurie de H., petite juridiction inférieure dont dépendait aussi le domaine de Wiler et le droit de patronage, appartint à diverses familles bourgeoises dès 1347 environ, au gré des partages, ventes et successions. Les droits seigneuriaux furent abolis en 1798. Relevant avec Hettiswil et Kernenried de la juridiction kibourgeoise, puis bernoise (1406) de Zollikofen, H. dépendait pour la haute juridiction du tribunal de la ville de Berne; son sautier (Freiweibel) avait des responsabilités dans l'administration militaire. En 1803, la commune de H. fut incorporée au bailliage (Oberamt), puis district de Berthoud. L'église, mentionnée en 1275, reconstruite entre 1514 et 1518 (clocher de 1666-1668), fut rénovée en 1911 après un incendie; elle abrite deux monuments funéraires dus à Johann August Nahl. Le patronage passa en 1505 aux Scharnachtal avant de revenir aux détenteurs de la seigneurie en 1553. Le canton de Berne l'acquit en 1810. La paroisse de H. comprend Bäriswil et Mötschwil.

H. n'abandonna le système de l'assolement qu'à la fin du XIXe s., mais passa tôt à la mécanisation (coopérative régionale de batteuse à vapeur en 1878). La coopérative fromagère gérait aussi une distillerie de pommes de terre; elle est à l'origine d'une fabrique de levure (1888). Une biscuiterie (1920), une gravière (1960) et une blanchisserie atteignirent une certaine taille. Au début des années 1960, la construction de l'autoroute donna lieu à un remaniement parcellaire. La position avantageuse de H. sur l'axe Berne-Zurich (grand-route en 1755, voie ferrée et gare en 1857, autoroute accessible par les sorties de Kirchberg et de Schönbühl en 1965) entraîna une hausse démographique et un fort développement immobilier du village, mais n'amena pas de nouvelles industries: on vit donc augmenter la proportion des navetteurs, travaillant surtout dans la région de Berne. La commune posséda tôt une école (attestée dès 1662); une école secondaire fut ouverte en 1903. La cure abrita dès 1839 l'école normale cantonale pour institutrices et maîtresses de couture (déplacée à Thoune en 1918). La réserve naturelle de Hurstmoos et Hurstwald est un lieu d'excursions. Entre 1721 et 1725, l'avoyer Jérôme d'Erlach fit construire, près du Wiler, le château de H., la plus somptueuse maison de campagne bernoise, qui fut au XVIIIe s. un rendez-vous de la bonne société internationale. En 1866, Robert von Erlach vendit le domaine à des particuliers et le château au canton de Berne. Ce dernier y créa d'abord un asile pour les pauvres, puis une prison pour femmes (1896); le prestigieux château sert de bâtiment administratif.


Bibliographie
Heimatbuch des Amtes Burgdorf und der Kirchgemeinden Utzenstorf und Bätterkinden, 1930-1938
– E. Schraner, 100 Jahre Lehrerinnen- und Arbeitslehrerinnen-Bildung im Kanton Bern 1838-1938, 1938
– M. Schweingruber, Hindelbank, 1989 (21991)
– R. Hug, Bauinventar der Gemeinde Hindelbank, 2004

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / ABI