Revue de Genève

Créée en 1920, la Revue de Genève fusionne avec la Bibliothèque universelle (Bibliothèque universelle et Revue de Genève dès décembre 1924) et paraît jusqu'en 1930. Elle est dirigée par Robert de Traz, avec Jacques Chenevière dès la fusion. Revue mensuelle "de liaison intellectuelle et de documentation originale", elle est la contribution de la Suisse et de Genève à la Société des Nations, dans la tradition de "l'esprit de Genève". Elle comporte trois sections: une partie littéraire (textes d'écrivains et d'essayistes européens, de langues et de cultures diverses, juxtaposés, sans autre intermédiaire que la traduction); des chroniques nationales; une chronique internationale pour informer sur les activités de la SdN. On lui doit notamment la première œuvre de Freud traduite en français (Origine et développement de la psychanalyse, 1920-1921), les premiers essais de Denis de Rougemont et Marguerite Yourcenar, des vues importantes sur l'Allemagne d'Ernst Robert Curtius, Victor Klemperer ou Hermann von Keyserling.


Bibliographie
– J.-P. Meylan, La Revue de Genève, 1969
– Francillon, Littérature, 2, 242-244
– L. Charrier, La Revue de Genève, les relations franco-allemandes et l'idée d'Europe unie (1920-1925), 2009

Auteur(e): Doris Jakubec