Folklore

Consultez cet article sur le nouveau site web du DHS (version bȇta)

Le folklore comme discipline, - on utilise aujourd'hui le terme d'ethnologie européenne -, est une science empirique et comparative qui étudie la culture quotidienne, ancrée dans la tradition, par l'examen de modes de comportement, d'objets matériels, d'opinions, de valeurs, de symboles significatifs. A l'origine, les folkloristes s'intéressaient surtout aux couches inférieures et moyennes de la société (folk signifie peuple en anglais), la recherche actuelle inclut aussi la culture bourgeoise. La position scientifique varie en fonction du point de vue; la discipline peut se présenter comme une synthèse entre l'ethnologie, la sociologie et l'histoire de la vie quotidienne, comme une histoire sociale régionale ou encore une ethnographie régionale. Les méthodes d'approche privilégiant des milieux sociaux restreints (famille, voisinage, associations, groupes professionnels, commune, quartier, région) contribuent à édifier une science autonome, qui met l'accent sur les structures symboliques et la communication.

Cette discipline se base sur des microanalyses, qui intègrent aussi des développements historiques. Elle recouvre l'ensemble de la vie quotidienne, mais l'importance accordée à des domaines particuliers varie selon les auteurs et les époques. Après s'être longuement focalisé sur les milieux paysans montagnards, en se limitant souvent à l'observation historique, le folklore est ouvert de plus en plus à des thèmes d'actualité, ainsi qu'à l'interdisciplinarité. Il décode la vie citadine, les contacts culturels, les manifestations folkloriques et le tourisme, mais aussi les habitudes liées à l'âge et au sexe, la culture de masse ou l'invasion de la technique dans le quotidien. Dans le cadre classique (nourriture, habillement, habitat, outils, coutumes, fêtes, jeux, piété, superstition, chants et légendes), bon nombre de phénomènes, entre tradition et modernité, ne parviennent plus à trouver leur interprétation; dès lors, de nouveaux concepts et une autre contextualisation s'imposent.

Le spécialiste tente de donner une explication fonctionnelle de la vie quotidienne et des milieux sociaux, pris dans leur ensemble ou par segments, et d'appréhender l'évolution des processus de transmission. En général, les approches herméneutiques sont d'une importance capitale. Alors que les enquêtes actuelles sur le terrain privilégient les méthodes qualitatives (observation participante, interview), le folklore historique procède à des analyses de sources, d'objets et d'images.

Fondé sur des intérêts philologiques, historiques ou dialectologiques, le folklore suisse a dépassé le stade mythologisant de la collecte des reliques, en se dépouillant des connotations patriotiques. Ont joué un rôle moteur en Suisse alémanique la Société suisse des traditions populaires, fondée par Eduard Hoffmann-Krayer en 1896 (Archives suisses des traditions populaires, Bibliographie internationale des arts et traditions populaires, Atlas de folklore suisse, Les maisons rurales de Suisse, Documentaire des traditions populaires) et, à Bâle, l'institut (ouvert en 1937) et le Musée suisse du folklore (1944, Museum der Kulturen depuis 1996). L'université de Zurich a fondé la première chaire en 1946, suivie par Bâle en 1965. Si Berne a lié le folklore à la philologie germanique et à la dialectologie jusqu'en 2001, Neuchâtel et Fribourg ont rattaché le domaine des cultures régionales à l'ethnologie, alors que Lausanne et Genève l'ont attribué aux sciences sociales et aux musées. La recherche et l'enseignement du folklore ont été fortement renforcés à Bâle dans le cadre des sciences humaines et de l'ethnologie européenne; à Zurich, dans le contexte des cultures populaires.


Bibliographie
– E. Hoffmann-Krayer Feste und Bräuche des Schweizervolkes, 1913 (éd. remaniée par P. Geiger, 1940; réimpr. 1992)
– R. Weiss, Volkskunde der Schweiz, 1946 (31984)
Atlas folk., 1950-1989
– H. Bausinger Volkskunde, 1971 (réimpr. 1999)
Contributions à l'ethnologie de la Suisse, 1980
Encycl.VD, 10-11
– C. Burckhardt-Seebass, «Spuren weiblicher Volkskunde», in ASTP, 1991, 209-224
– P. Hugger, éd., Les Suisses, 3 vol., 1992
– A. Niederer Alpine Alltagskultur zwischen Beharrung und Wandel, 1993 (21996)
– U. Gyr, W. Leimgruber, éd., Zürcher Beiträge zur Alltagskultur, 1996-
– U. Gyr «Europäische Ethnologie aus der Sicht der Schweizerischen Volkskunde», in Ethnologie européenne - Ethnologie de l'Europe, éd. C. Giordano, J. Rolshoven, 1999, 45-62

Auteur(e): Ueli Gyr / FS