28/10/2010 | communication | PDF | imprimer | 

Dialectologie

L'édition imprimée de cet article comporte des images. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Branche de la linguistique consacrée à l'étude des dialectes. L'étude des patois, apparue au XIXe s., se voulait une discipline de l'histoire positiviste et s'intéressait avant tout aux dialectes ruraux traditionnels. Contrairement à la langue écrite, soumise à plus de règles, les dialectes conservent davantage les anciennes structures linguistiques; leur étude visait ainsi une reconstruction du paysage linguistique d'autrefois. Depuis le milieu du XXe s., influencée par des recherches anglo-saxonnes, la dialectologie utilise des méthodes linguistiques modernes et s'occupe également de l'étude des dialectes des centres urbains dans leur contexte socioculturel et leur diversité linguistique. La base de toute recherche dialectologique est la collecte de données et leur publication (dictionnaires, grammaires, monographies locales et régionales, atlas linguistiques et supports sonores).

En Suisse alémanique, le dialecte est très présent, dans la vie privée comme dans l'espace public. Son étude contribue de façon importante à la compréhension de la diglossie (bilinguisme allemand standard-dialecte) et influence de ce fait la politique linguistique. En Suisse romande en revanche, les dialectes ont pour ainsi dire disparu. En Suisse italienne, ils n'ont jamais été bien considérés, malgré l'existence d'une culture dialectale encore bien vivante (théâtre, chansons, Littérature en dialecte). Par conséquent, dans ces régions, la dialectologie exerce une fonction essentiellement historique et documentaire. Dans les Grisons, où le romanche est menacé de disparition, l'étude des idiomes rhéto-romanches qui ne peuvent que très partiellement être qualifiés de dialectes a permis de les maintenir en participant à l'établissement d'une langue standard, le rumantsch grischun (Rhéto-romanche).

Les fondateurs de la dialectologie en Suisse furent des auteurs de dictionnaires, comme le curé lucernois Franz Josef Stalder (Versuch eines schweizerischen Idiotikon, 2 volumes, 1806-1812, nouvelle édition 1995) et le pasteur et auteur vaudois Philippe-Sirice Bridel (Glossaire du patois de la Suisse romande, 1866). Par la suite, la collaboration entre amateurs et universitaires, typique de la dialectologie suisse, permit la réalisation de nombreux dictionnaires dialectaux régionaux et le lancement de quatre projets nationaux, encore en cours aujourd'hui: le Schweizerisches Idiotikon. Wörterbuch der Schweizerdeutschen Sprache (dès 1881), le Glossaire des patois de la Suisse romande (dès 1924), le Dicziunari Rumantsch Grischun (dès 1939) et le Vocabolario dei dialetti della Svizzera italiana (dès 1952).

Jost Winteler rédigea la première monographie avec sa grammaire locale Die Kerenzer Mundart des Kantons Glarus (1876). Les Beiträge zur schweizerdeutschen Grammatik (20 volumes, 1910-1941), les Beiträge zur schweizerdeutschen Mundartforschung (24 volumes, 1949-1982), les Sprachlandschaften (dès 1984) et les Romanica Helvetica (dès 1922), ainsi que la revue Vox Romanica (dès 1941) constituent les publications principales dans ce domaine. Des ouvrages fondamentaux pour la répartition géographique des dialectes sont le Sprach- und Sachatlas Italiens und der Südschweiz (8 volumes, 1928-1940), lancé par Karl Jaberg et Jakob Jud, et le Sprachatlas der deutschen Schweiz (8 volumes, 1962-1997), lancé par Heinrich Baumgartner (1889-1944) et Rudolf Hotzenköcherle. Celui-ci proposa d'ailleurs une première analyse fondamentale des matériaux de l'atlas (Die Sprachlandschaften der deutschen Schweiz, 1984). Le germaniste Albert Bachmann et le romaniste Louis Gauchat fondèrent en 1913 les archives sonores de l'université de Zurich, qui conserve des témoignages enregistrés et publie également des ouvrages sur ce thème, comme Stimmen der Heimat (1939), Der sprechende Atlas (1952) et Schweizer Dialekte in Text und Ton (dès 1951).


Bibliographie
– S. Sonderegger, Die schweizerdeutsche Mundartforschung 1800-1959, 1962
– M. Burger, «La tradition linguistique vernaculaire en Suisse romande: les patois», in Le français hors de France, éd. A. Valdman, 1979, 259-269
– R. Ris, «Dialektologie zwischen Linguistik und Sozialpsychologie», in Zeitschrift für deutsche Literaturgeschichte, 26, 1980, 73-96
– H. Bickel, R. Schläpfer, éd., Die viersprachige Schweiz, 1982 (22000)
– R. Börlin, Die schweizerdeutsche Mundartforschung 1960-1982, 1987
– D. Petrini, La koiné ticinese, 1988
– R. Liver, Rätoromanisch, 1999
– B. Dittli et al. éd., Gömmer MiGro?: Veränderungen und Entwicklungen im heutigen SchweizerDeutschen, 2003

Auteur(e): Christian Schmid / EMA