• <b>Beat Fidel Zurlauben</b><br>Portrait réalisé par Heinrich Pfenninger et publié dans <I>Helvetiens berühmte Männer in Bildnissen,</I>  tome 2, Zurich, 1784 (Bibliothèque nationale suisse).

No 3

Zurlauben, Beat Fidel

naissance 4.8.1720 (Beat Fidel Anton Johann Dominik) à Zoug, décès 13.3.1799 à Zoug, cath., de Zoug. Fils de Beat Ludwig et de Maria Anna Burtz von Seethal. ∞ 1754 Maria Barbara Helena Elisabeth Kolin, fille de Johann Jakob, colonel. Avec l'appui de son oncle Beat Franz Plazidus ( -> 4), Z. reçut une éducation très soignée à Radolfzell, à Mantes-la-Jolie (Ile-de-France) et, de 1732 à 1737, au collège des Quatre-Nations à Paris. Il entra au service de France en 1735 comme enseigne. Capitaine en 1744 de la compagnie de la Garde appartenant à son oncle (puis à lui-même dès 1767 et à son beau-fils Jost Dürler dès 1780), brigadier en 1748, maréchal de camp en 1762, il devint lieutenant-général en 1780, année où il obtint de la France environ 12 200 livres de pensions. Il était en 1752 conseiller, interprète et secrétaire du roi de France. Il brigua en vain la fonction de distributeur des pensions pour la ville et bailliage de Zoug et ne réussit pas non plus, en 1756, à entrer au Conseil de Zoug. En 1770, il hérita de la seigneurie justicière d'Anglikon et Hembrunn (fidéicommis). Il devint en 1777 maréchal héréditaire de l'abbaye de Muri. Se vouant à la recherche historique, il écrivit une Histoire militaire des Suisses au service de la France (8 vol., 1751-1753), complétée par le Code militaire des Suisses (4 vol., 1758-1764), et publia entre 1780 et 1788 les Tableaux topographiques, pittoresques, physiques, historiques, moraux, politiques, littéraires, de la Suisse (avec des illustrations). Il se livra à des travaux préliminaires pour son projet de Nobiliaire Suisse. Il fournit des articles ou des matériaux aux ouvrages de Philippe-André Grandidier, Gottlieb Emanuel von Haller, Johann Jacob Leu et Hans Jakob Holzhalb. Associé honoraire de l'Académie des inscriptions et belles-lettres à Paris (1749), membre de la Société helvétique et de la Société des sciences naturelles de Zurich (1762), il entretenait une vaste correspondance savante (plus de 3000 lettres conservées). Les archives familiales (Zurlaubiana), que Z. enrichit par ses collections d'actes et une dizaine de milliers de livres, constituent le noyau de la bibliothèque cantonale argovienne et sont une mine pour la recherche historique.

<b>Beat Fidel Zurlauben</b><br>Portrait réalisé par Heinrich Pfenninger et publié dans <I>Helvetiens berühmte Männer in Bildnissen,</I>  tome 2, Zurich, 1784 (Bibliothèque nationale suisse).<BR/>
Portrait réalisé par Heinrich Pfenninger et publié dans Helvetiens berühmte Männer in Bildnissen, tome 2, Zurich, 1784 (Bibliothèque nationale suisse).
(...)


Sources imprimées
Zurlaubiana AH
Bibliographie
– K.-W. Meier, Die Zurlaubiana, 1981
– A. Arnold, Die topographischen Ansichten der Tableaux de la Suisse (Paris 1780-1788), mém. lic. Berne, 2006

Auteur(e): Urs Amacher / PM