No 4

Voirol, Théophile

naissance 3.9.1781 à Tavannes, décès 15.9.1853 à Besançon, prot., de Tavannes, Français (1816). Fils de David, aubergiste et juge, et de Marianne Ruedolf. ∞ 1820 Anastasie Aumont. Entré dans l'armée française comme fourrier en 1799, V. devint sous-lieutenant en 1802. Colonel en 1813, il fut mis à pied après les Cent-Jours (1815), avant d'être réintégré en 1819. Maréchal de camp en 1823, baron en 1828, il fut commandant en chef par intérim de l'armée d'Afrique en Algérie (1833-1834). Commandant de la place de Strasbourg (1834-1840), il fit échouer la tentative de coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte (1836), ce dont il fut récompensé par le titre de pair de France, titre qui devint effectif après qu'il eut reçu la "grande naturalisation" (1839). Il termina sa carrière comme commandant de Besançon (1840-1848). V. reçut la Légion d'honneur en 1807 (plus tard grand officier).


Bibliographie
– Ch. Simon, «Le "général" Voirol et les Cent-Jours», in Actes SJE, 1938, 55-68
– D. Berthoud, «Théophile Voirol, un Jurassien au service de France, sous l'Empire, la Restauration et la Monarchie de Juillet», in Versailles, 1973-1974, no 52, 9-16; no 53/54, 3-10; no 55, 15-21; no 56/57, 29-37
– R. Dutriez, «De la Grande Armée à l'Armée d'Afrique, un Suisse: le général Voirol (1781-1853)», in RMS, 126, 1981, 4-14

Auteur(e): Thomas Schmid / FP