03/08/2005 | communication | PDF | imprimer

Colombier (VD)

Comm. VD, distr. de Morges dès 1798. 937 Columbaris. 241 hab. en 1764, 309 en 1798, 363 en 1850, 409 en 1870, 375 en 1900, 285 en 1950, 251 en 1970, 456 en 2000. C. faisait partie de la terre de Vullierens, qui relevait de la baronnie de Cossonay. La seigneurie appartint du XIIIe s. au XVIe s. à la famille de C., passa aux d'Allinges, puis aux Crinsoz et fut vendue à Lausanne en 1765. Il ne reste rien d'un premier château; le second, rénové aux XVIIe et XVIIIe s., fut bâti vers 1500. Sous le régime bernois, C. fit partie du bailliage de Morges et était géré par un conseil de dix membres. Il devint chef-lieu de cercle en 1803. Relevant au début du XIIe s. de l'archevêque de Besançon, l'église paroissiale (Saint-Martin) devint en 1323 la propriété du couvent de Romainmôtier, qui la conserva jusqu'en 1536. Datant peut-être du XIe s., elle subit de nombreuses transformations et réparations. A la Réforme, C. perdit son statut de paroisse, fut rattaché à Vullierens (1536-1727 et 1845-1863), forma une suffragance avec Saint-Saphorin-sur-Morges (1727-1845), redevint paroisse en 1863, mais ne fut repourvue qu'en 1896. En 2000, l'agriculture et la viticulture offraient environ un tiers des emplois. Construction de l'hôtel de commune (1801), de l'école (1841), du collège "d'en haut" (1877), de la station d'épuration de C. et de Cottens (1970), de la nouvelle maison communale (1980).


Bibliographie
Colombier en Pays de Vaud fête ses mille ans, 1987

Auteur(e): François Béboux