17/11/2009 | communication | PDF | imprimer | 

Savigny

Comm. VD, distr. de Lavaux-Oron, à la charnière entre Lavaux et le Jorat, dépassant les 900 m d'altitude. Un noyau villageois s'est développé après la séparation d'avec Lutry (1823); l'habitat, très disséminé, est constitué de hameaux (Mollie-Margot, La Goille, Le Martinet, La Claie-aux-Moines). 1224 Savignie. 179 hab. en 1550, 507 en 1764, 925 en 1821, 1042 en 1850, 1072 en 1900, 980 en 1950, 2339 en 1980, 3084 en 2000. S. tire probablement son nom de l'abbaye bénédictine de S.-en-Lyonnais dont relevait le prieuré de Lutry. Un couvent du tiers ordre de Saint-François, fondé avant 1494 par l'évêque de Lausanne Aymon de Montfalcon, fut sécularisé en 1536. Paroisse en 1228 (Sainte-Marie-Madeleine), S. fut une annexe de Lutry de la Réforme à 1598, puis à nouveau érigé en paroisse avec Forel (Lavaux). Une chapelle, attestée au XIVe s., relevait à la fois du prieuré et de l'église paroissiale de Lutry. La région fut défrichée dès le XIIIe s. par des colons venus de Haute-Savoie, des vallées lombardes et plus tard de l'Oberland bernois. Longtemps subordonnés aux vignerons de Lutry, les paysans des Monts s'en séparèrent en 1823 pour former une commune, rattachée au district de Lavaux jusqu'en 2006. La construction de la route Lausanne-Oron (1835-1844) et l'inauguration d'une ligne de tramway (1902) contribuèrent au développement de l'artisanat et de la petite industrie à côté de l'agriculture, de l'élevage et de l'exploitation des forêts (le primaire offrait encore 20% des emplois en 2005). L'autoroute A9 (1974) et le rattachement à l'agglomération lausannoise dans les années 1980 ont fait de S. une commune résidentielle. En 2000, près des trois quarts de la population active étaient des pendulaires.


Bibliographie
La vie et l'hist. de Savigny, 1977
– L.-D. Perret, Lutry sous le régime bernois, 2000

Auteur(e): Louis-Daniel Perret