• <b>Jean de Sacconay</b><br>Le vainqueur de Villmergen (1712), huile sur toile datée 1766 par  Emanuel Handmann (Musée d'Histoire de Berne). Le tableau fut réalisé par Emanuel Handmann pour la galerie de la bibliothèque de la ville de Berne d'après un portrait plus ancien, peint en 1729.

No 1

Sacconay, Jean de

naissance 23.9.1646 vraisemblablement à Bursinel,décès 27.7.1729 à Lausanne, prot., de Bursinel et de Berne (1713, corporation des Bouchers). Fils de Marc Michel (décès1659), officier au service de France, et de Claire Turrettini. Petit-fils de François Turrettini. ∞ 1) 1680 Marie Le Cordelier de Chenevière (décès1706), Française, 2) 1707 Louise de Chandieu-Chabot, fille de Frédéric. Pension à Genève, séjour à Berne (1659-1662). S. entre au service de France en 1665. Enseigne (1671), lieutenant (1673), capitaine lieutenant (1676), propriétaire d'une compagnie au régiment Stuppa-Jeune (1679). N'approuvant pas les persécutions contre les huguenots, il quitte ce service en 1693, passe à celui de Hollande comme lieutenant-colonel du régiment de Mülinen en 1694 et obtient en outre de Guillaume III un régiment à son nom. Enfin nommé brigadier (1705), il démissionne en 1706. Fin 1707, S. commande les troupes du roi de Prusse à Neuchâtel. Berne le nomme premier lieutenant général, puis commandant en chef de l'armée durant la guerre de Villmergen (1712). La victoire bernoise lui vaut la bourgeoisie de la ville, un siège au Grand Conseil et le bailliage d'Oron (1722-1728). S. a laissé des mémoires qui couvrent les années 1659 à 1716. Il y raconte sa vie de soldat sans en cacher les difficultés (jalousies entre officiers, soucis financiers), mais aussi sa joie d'être père d'un fils (1714). Il s'est battu au Piémont, en Sicile, en Catalogne, en Flandre et dans les Provinces-Unies, a passé ses congés au château de Bursinel ou à Genève, emmené femme et filles en Hollande en 1698. Organisateur méticuleux (il rédige pour son régiment un règlement en français et en allemand), il est aussi brave au combat (il est plusieurs fois blessé), bon stratège (souvent en opposition avec ses supérieurs), courtisan à l'occasion et sujet respectueux des intérêts de Berne.

<b>Jean de Sacconay</b><br>Le vainqueur de Villmergen (1712), huile sur toile datée 1766 par  Emanuel Handmann (Musée d'Histoire de Berne).<BR/>Le tableau fut réalisé par Emanuel Handmann pour la galerie de la bibliothèque de la ville de Berne d'après un portrait plus ancien, peint en 1729.<BR/>
Le vainqueur de Villmergen (1712), huile sur toile datée 1766 par Emanuel Handmann (Musée d'Histoire de Berne).
(...)


Fonds d'archives
– Fonds Watteville, ACV
Bibliographie
– A.Ch. Kurz, Jean de Sacconay, 1646-1729, th. Berne, 2 vol., 1985
– L. Hubler, «Jean de Sacconay: fragments de vie privée», in Clio dans tous ses états, 2009, 157-166

Auteur(e): Lucienne Hubler