07/02/2006 | communication | PDF | imprimer | 

Grandvaux

Comm. VD, distr. de Lavaux dès 1798, s'étendant des rives du Léman au Signal de G. (795 m), comprenant le village de G. et des hameaux, dont Curson, et des forêts dans le Jorat. 1250 de Gravaz, 1445 Grandvaulx. 401 hab. en 1764, 340 en 1798, 623 en 1850, 677 en 1900, 799 en 1950, 1272 en 1980, 1937 en 2000. Vestiges d'un établissement romain au Muret. En 1274, Guillaume et Jean d'Ecublens cédèrent leurs droits à l'évêque de Lausanne, qui resta le principal seigneur de G., malgré les tentatives des comtes de Genève. Ceux de Gruyère avaient vendu les leurs en 1270 au couvent de Hautcrêt. G. et Curson formaient deux des huit quarts (quartiers) de la grande commune de Villette; les communiers ayant obtenu libertés et franchises en 1282, réunis en confrérie du Saint-Esprit, désignaient un président, un gouverneur, un boursier, un recteur des pauvres. Dix sièges revenaient au quart de G. dans les conseils de Villette. G. fit partie du bailliage de Lausanne de 1536 à 1798. La commune date de 1826, lors du partage de Villette, avec fusion des deux quarts de G. et de Curson. Au spirituel, G. a été filiale de Villette jusqu'en 1837. La chapelle Saint-Nicolas, du XIVe s., fut désaffectée en 1540, après la Réforme, et le clocher servit à la commune. Le temple actuel, plusieurs fois restauré, date de 1635. Anciennes demeures (Maillardoz, La Crausaz, Baussan, Buttin de Loës). La viticulture, introduite au Moyen Age, est pratiquée au début du XXIe s. par une quarantaine de familles (env. 60 ha). Gare de la ligne Lausanne-Berne (1862). La zone de villas a fait de G. une commune résidentielle. Nouveaux bâtiments scolaires (1977) et complexe d'utilité publique (1984). En 2005, le corps électoral de G. a rejeté un projet de fusion avec Villette, Cully, Riex et Epesses.


Bibliographie
– M. Grandjean, Les temples vaudois, 1988, 57
– Ch.Ch. Rochat, Grandvaux, 1989

Auteur(e): Louis-Daniel Perret