09/05/2012 | communication | PDF | imprimer

Renens (VD)

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Comm. VD, chef-lieu du distr. de l'Ouest lausannois, partie de l'agglomération lausannoise et quatrième ville du canton de Vaud par la taille de sa population. 888-896 in villa Runingis. 11 feux en 1550, 226 hab. en 1764, 362 en 1850, 645 en 1888, 1279 en 1900, 5698 en 1950, 10 698 en 1960, 18 406 en 2000.

Des tombes du Néolithique (Côtes de la Bourdonnette) et une nécropole du haut Moyen Age (Caudrey) ont été mises au jour. Au Moyen Age, R. est propriété du chapitre cathédral de Lausanne, qui y crée une prébende entre 1233 et 1303. En 1555, Claude de Praroman échange avec Berne son ancienne prébende de Vuarrens contre celle de R., dont il obtient les droits seigneuriaux. La maison qu'il possédait déjà au lieudit En Plait devient le château. Lausanne acheta la seigneurie en 1750. Le château, vendu en 1752 à Jean Pierre Audibert, passa successivement aux familles Doxat, Sandoz, Sauter et Burckhardt. R. est alors un petit village où quelques familles possèdent des campagnes: la maison de R.-sur-Roche (XVIIIe s.) où se succèdent les Roëll, Auberjonois, Guyot, celle des Tilleuls, construite au début du XVIIIe s. par les Praroman et où vécut Pierre-Elie Bergier (actuellement propriété des CFF). R. devint une commune en 1798, attribuée au district de Lausanne (1798-2006), dotée d'un Conseil communal (législatif) en 1901.

Une chapelle du Saint-Sauveur est citée en 963. Une nouvelle, dédiée à saint Jacques, est mentionnée dès 1303: désaffectée à la suite de la construction du temple de Prilly en 1765, elle fut démolie et remplacée par une école en 1840 (une cloche du XVe s. y est conservée). Un curé est attesté à R. dès 1147. R. releva de l'église de Vidy jusqu'à la Réforme, puis forma une paroisse avec Prilly et Jouxtens-Mézery avant de devenir paroisse en 1911. Le temple actuel a été inauguré en 1935. Les modifications de la structure de la population amenèrent la création d'une paroisse catholique en 1916; l'église Saint-Francois date de 1966.

R. vécut de l'agriculture jusqu'au milieu du XIXe s. Seuls un foulon et une forge précédèrent la création de la briqueterie communale en 1832. Privée dès 1866, rattachée au groupe Schmidheiny, elle sera transférée à Crissier en 1958. L'arrivée du chemin de fer (1855), mais surtout la gare de triage installée en 1876, agrandie de 1890 à 1908 (transférée à Denges en 1971), transformèrent R. Les activités industrielles et commerciales sont variées: machines et micro technique, installations électriques, électronique, menuiserie, imprimerie, reliure, produits laitiers, centrale de distribution de Coop Vaud-Chablais valaisan (jusqu'en 2001), silo à céréales de l'Union des syndicats agricoles romands (construit par Jean Tschumi en 1959, auj. centre culturel), annexe de la direction lausannoise de la Société de banque suisse (centre de formation de l'UBS depuis 1998). Toutefois, par manque d'espace, certaines entreprises ont dû quitter R.: Sapal et Maillefer sont à Ecublens, Mélior à Bussigny, Matisa à Crissier. Ces usines ont cédé le terrain à des commerces ou des immeubles locatifs. Au début du XXe s., l'augmentation de la population, due au développement de la gare et à l'implantation d'entreprises, éveilla des projets de fusion (dans les années 1920 et en 1946) avec la commune de Lausanne, puis avec les communes de Chavannes-près-R., Crissier et Ecublens; leur échec déboucha sur la création de réseaux d'interdépendance (services industriels, collège secondaire de la Planta, protection civile, épuration des eaux). Un théâtre s'est installé (1979) dans l'ancienne usine à gaz (1911). La localité est reliée à Lausanne par le tram (1903), le trolleybus (1964) et le métro (1991); elle abrite le dépôt des Transports publics de la région lausannoise (1995). R. participe au Schéma directeur de l'Ouest lausannois (regroupant neuf communes depuis 2004) qui prévoit d'en faire la troisième gare romande d'ici à 2020.


Bibliographie
– Ch. Biermann, «Renens, une ville qui naît», in Bull. de la Soc. neuchâteloise de géogr., 18, 1907, 98-105
– M.-L. Trépey, Renens, 1968
– S. Zoller, Le développement récent de Renens, mém. lic. Lausanne, 1976
– G. Chevalier, Ph. Maillard, Structure socio-économique de la population et desserte, développement urbain et croissance du réseau, 1979
– Ch. Aumeunier et al., Elever la ville, 2008

Auteur(e): Michel Depoisier