Mont-sur-Lausanne, Le

Comm. VD, distr. de Lausanne, au nord de l'agglomération lausannoise, à la lisière des bois du Jorat, se composant du Petit-Mont, du Grand-Mont et des Planches. 1237 Monte super Lausannam. 514 hab. en 1764, 658 en 1798, 1000 en 1850, 1099 en 1900, 1383 en 1950, 2692 en 1970, 5182 en 2000. Refuge d'époque indéterminée au Châtelard. Deux nécropoles du haut Moyen Age (l'une au Rionzi, l'autre à Champ Baron et aux Condémines). Au Moyen Age, Le M., divisé en plusieurs petits fiefs, dépendait de l'évêque de Lausanne. Il fit partie du bailliage bernois de Lausanne de 1536 à 1798, puis du district de Lausanne. Au XVIIIe s., la commune était administrée par un grand gouverneur, un maréchal et trois petits gouverneurs (un par hameau). Au militaire, ses habitants marchaient sous la bannière de la Cité. La chapelle de Saint-Jean l'Evangéliste, filiale de la paroisse Saint-Paul à Lausanne, était située près du cimetière actuel. Après la Réforme, Le M. devint paroisse (foraine en 1545, avec pasteur résident en 1811). Le temple actuel, en Coppoz, date de 1797, la cure de 1835. Dès 1906, le village fut relié à Lausanne par le tramway. La grande salle du Petit-Mont fut inaugurée en 1955, le nouveau centre administratif et scolaire en 1991. Depuis 1960, la commune qui vivait principalement d'agriculture, devint une commune résidentielle et industrielle à la suite de la création des quartiers de villas du Petit-Mont, des Planches et de la Perrause et des zones industrielles du Rionzi, de Budron et de la Clochatte. Installée au M. en 2005, l'International School of Lausanne accueillait 600 élèves en 2007.


Bibliographie
– M. Fontannaz, Les cures vaudoises, 21987, 245-248
– M. Grandjean, Les temples vaudois, 1988, 303-307
– R. Curtat, Le Mont-sur-Lausanne, 1991
Le Mont-sur-Lausanne, 2003

Auteur(e): François Béboux