04/05/2005 | communication | PDF | imprimer

Cheseaux-sur-Lausanne

Comm. VD, distr. de Lausanne. Village-rue du Gros-de-Vaud jusqu'en 1960, aujourd'hui partie de l'agglomération lausannoise. 212 hab. en 1709, 229 en 1764, 421 en 1850, 399 en 1900, 358 en 1930, 409 en 1950, 491 en 1960, 1579 en 1970, 2939 en 2000. 1228 Chesaus. Vestiges romains (colonnes, mosaïque) du IIIe s. apr. J.-C.; tombes burgondes du Ve s. En 1216, la seigneurie de C. était un franc-alleu et appartenait aux chevaliers du même nom. Le village passa ensuite entre les mains de plusieurs familles seigneuriales et devint un fief en 1557, possédé par la famille Loys jusqu'en 1769. Bailliage de Lausanne. Eglise, dédiée à saint Nicolas, avant 1174. Paroisse avant 1228. A la Réforme, comprend l'annexe de Sullens, les villages de Bournens et Boussens. Le temple actuel date de 1741. Paroisse de l'Eglise libre de 1847 à 1965. Ouverture de la voie ferrée du Lausanne-Echallens-Bercher (LEB) en 1874. Longtemps agricole, C. est devenue, dès 1960, une commune industrielle. Proche de l'autoroute A1, C. a attiré de nombreuses entreprises (construction, ameublement, alimentation), dont la firme Kudelski (enregistreurs Nagra) en 1969. C. a connu une explosion démographique entre 1960 et 1980. Village-dortoir et de transit, C. compte un fort pourcentage de travailleurs pendulaires. Le premier Conseil communal (législatif) a été élu en 1963.


Bibliographie
– M. Grandjean, Les temples vaudois, 1988, 256-257
– M. Rochat, L'évolution du paysage de Cheseaux de 1800 à nos jours, mém. lic. Lausanne, 1991

Auteur(e): Mary Vacharidis