No 13

Bernoulli, Nicolas

naissance 10.10.1687 à Bâle, décès 29.11.1759 à Bâle, prot., de Bâle. Fils de Nicolas, peintre, membre du Petit Conseil, et d'Ursula Stähelin. Neveu de Jacques ( -> 7) et de Jean ( -> 9). ∞ 1) Anna Maria Birr, de Bâle, 2) Katharina Battier, de Bâle. B. commença en 1700 des études de droit à Bâle. Maître ès arts en 1704 en défendant la dernière des thèses de son oncle Jacques sur les séries infinies, il obtint son doctorat en 1709 avec une étude sur l'application du calcul des probabilités au domaine juridique. Il fit des voyages d'études à Groningue chez son oncle Jean (1705), à Berne, Genève, Lyon et Paris (1710), en Angleterre et en France (1712-1713). Rencontrant Newton, il lui fit part des lacunes que les B. avaient relevées dans l'argumentation de ses Principia et le détermina à les corriger. En 1714, 1720 et 1722, Bâle lui refusa une chaire, mais sur l'insistance de Leibniz et de ses amis, l'université de Padoue lui offrit celle de mathématiques (1716-1719). Il enseigna la logique à Bâle dès 1722, et occupa de 1731 à sa mort la chaire de droit des fiefs. Il fut dix fois doyen de la faculté de droit et cinq fois recteur de l'université de Bâle. Membre de l'Académie des sciences de Berlin (1713), et de la Royal Society de Londres (1714). Il a peu publié (contributions importantes à la solution du problème des trajectoires et à l'équation différentielle de Riccati), mais a abordé de nombreux problèmes scientifiques dans sa correspondance (quelque 550 lettres conservées), notamment la théorie des probabilités et la convergence des séries infinies. Il donna une solution en 1737 (publication plus tardive) au problème de la somme des inverses des carrés, auquel son oncle Jacques et Leibniz avaient achoppé. De son oncle, il édita l'Ars conjectandi en 1713 et, en collaboration avec Gabriel Cramer, les Opera omnia en 1744.


Oeuvres
Œuvres et lettres, à paraître
Bibliographie
– Poggendorff, Hwb., 7a, 81-82
DSB, 2, 56-57

Auteur(e): Fritz Nagel / PM