Secretan [Secrétan]

Famille vaudoise originaire d'Orny, citée au XIIIe s. (Wullyeme, 1285) et comptant deux curés de cette paroisse, Louis (1412) et Jean (1443-1467), également chanoines prémontrés du Lac de Joux. Dès 1454, la famille exploite un martinet de cuivre sur le Nozon. Les S. disparaissent à Orny au XVIIe s., après avoir fait souche à Orbe (Antoine, décès1581, châtelain, actif lors de la Réforme) et surtout à Lausanne où ils obtiennent la bourgeoisie avant 1466; Henri, notaire, y est prieur ou gouverneur (soit syndic) en 1473-1474. La généalogie n'est sûre qu'à partir de Jacques, chaudronnier, cité comme bourgeois de Lausanne en 1527 et 1538, ancêtre de tous les S., dont une partie vit au début du XXIe s. sur d'autres continents. Une branche (éteinte) s'installa à Vevey et Corsier-sur-Vevey, une autre à Saint-Saphorin (Lavaux) en 1692, issue de Nicolas (1540-1613), seigneur d'Yvonand, de Cheyres et de Font. Les S. s'allièrent dès le XVIIe s. aux meilleures familles lausannoises. Peu attirés par le commerce ou les armes, ils furent surtout pasteurs, avocats, notaires. Près de vingt, dont Charles ( -> 2), furent professeurs à l'académie, puis à l'université de Lausanne. Ils occupèrent de nombreuses charges dans la magistrature locale ou firent une carrière politique cantonale comme Louis ( -> 12), mais ne comptent qu'un conseiller national, Edouard ( -> 6). La graphie Secrétan (non officielle) est utilisée par quelques S. depuis le XIXe s.


Bibliographie
– B. Secrétan, Secretan, 2003
– B. Secrétan, Secretan: 159 biogr., 2011

Auteur(e): Gilbert Marion