Luxembourg-Martigues

D'une branche collatérale de la maison de Luxembourg, héritiers en 1481 de la vicomté de Martigues (Provence), les L. possédèrent de 1487 à 1558 des seigneuries dans le duché de Savoie (Genevois, Pays de Vaud et Chablais), reçues lorsque François Ier (av. 1445-apr. 1511) épousa Louise de Savoie (1467-1530) en 1487. Celle-ci avait obtenu en douaire les revenus du péage de Nyon et les seigneuries de Belmont (Yverdon) et Ternier (près de Genève). En 1497, le duc de Savoie y ajouta des revenus sur les châteaux de La Tour-de-Peilz, Vevey, Monthey et Evian et, en 1506, le fief de Faverges (Savoie). Son fils, François II (décès1553), reçut les terres familiales en 1511 et en obtint en 1520 la possession à vie. Trop liés aux Savoie (François était gouverneur général du duché en 1534), les L. ne prêtèrent pas hommage à Berne en 1536 et leurs biens furent séquestrés. Malgré l'appui du roi de France, François n'obtint qu'en 1547 la restitution, partielle de ses terres (Belmont, Ternier et Vevey). Ses deux fils, au service de France en Picardie, furent faits prisonniers lors de la bataille de Thérouanne (1553). Charles mourut quelques jours après. Sébastien (décès1569), le cadet et dernier des L. en ligne masculine, dut vendre plusieurs seigneuries en 1558 (dont Vevey, la seule conservée en Pays de Vaud), le versement de sa rançon l'ayant presque ruiné.


Bibliographie
– O. Dessemontet, «Les Luxembourg-Martigues, seigneurs au Pays de Vaud 1487-1558», in RSH, 1954, 88-123

Auteur(e): Gilbert Marion