Joffrey, de

Famille noble vaudoise originaire de Romont (FR). La graphie du nom varie beaucoup (Geoffrey, Deieoffrey, Dejoffrey etc.). Les J. s'établissent à Vevey vers 1472 (les J. établis à Blonay avant 1454 sont probablement d'une souche différente). Ils bâtirent leur importante fortune sur le commerce et comptèrent de nombreux magistrats et militaires (Abraham-Hubert, -> 1). Ils furent reçus bourgeois de Vevey vers 1480, de Berne vers 1536 et d'Arnex-sur-Orbe en 1779. Les arrière-petits-fils de Jacques qui vivait à Romont vers 1380, Jean (décès av. 1504), militaire, podestat de Biandrate (Novare), et Aymon (décès vers 1535), marchand et gouverneur de Vevey, furent anoblis par le duc Philibert II de Savoie en 1498. A Vevey, les J. occupèrent les charges de lieutenant baillival et de châtelain, du milieu du XVIIe s. à la seconde moitié du XVIIIe s. Alliée aux Blonay, Estavayer, Gingins, Mestral, Seigneux, Erlach, Graffenried, la famille se divisa en trois branches principales: de la Cour-au-Chantre, des Belles-Truches et d'Arnex-sur-Orbe (ou de Perroy). Outre leurs propriétés veveysannes (Trois-Rois, Cour-au-Chantre et Belles-Truches), les J. possédèrent notamment les seigneuries de Colombier (VD), Vuarrens, Perroy, Saint-Légier-La Chiésaz, Dully et La Dausaz (Oron) et le vidomnat de Châtel-Saint-Denis.


Fonds d'archives
– Fonds et dossier généal, ACV
Bibliographie
– A. de Montet, Familles bourgeoises de Vevey, ms. 2, 328-329 (BCUL)
Recueil de généal. vaudoises, 3, 1946, 233-265

Auteur(e): Paola Crivelli