24/05/2005 | communication | PDF | imprimer | 

Champagne (VD)

Comm. VD, distr. de Grandson, comprenant C. et les hameaux de Saint-Maurice, des Pasquières et de Sous le Closel, s'étendant du lac de Neuchâtel aux premières pentes du Jura. 885 Campania. 351 hab. en 1798, 410 en 1850, 619 en 1900, 496 en 1950, 449 en 1960, 653 en 2000. Découvertes archéologiques romaines (monnaies) et burgondes (tombes contenant des plaques de ceinturon en fer damasquiné d'argent). Charles le Gros remit la villa de C. avec ses dépendances à Vodelgise, lequel céda le domaine en 888 à l'évêque de Lausanne. C. releva des seigneuries de Grandson et de Montagny-le-Corbe puis, sous le régime bernois, fit partie du bailliage commun de Grandson, métralie de Bonvillars. La commune était gérée par un conseil de vingt membres. Une église paroissiale, dédiée à Marie, existait à C. dès le XIIe s.; en 1397, elle fut rattachée à Onnens. La paroissiale située à Saint-Maurice (mentionnée en 1228) devint la paroisse réformée de C. et des villages voisins en 1532; elle fut reconstruite partiellement en 1697-1699. Une nouvelle cure fut bâtie vers 1561. Les anciens moulin et scierie situés à proximité du village sur l'Arnon ont été convertis en 1871 en une petite fabrique d'outils d'horlogerie, devenue par la suite "la Nationale", entreprise encore existante de machines-outils. Une biscuiterie industrielle (flûtes), créée en 1962, complète le tissu industriel d'un village resté agricole et surtout viticole. Le nom de Champagne porté par les vins blancs de la commune a été interdit en 2002 en vertu des accords bilatéraux qui réservent cette appellation au champagne français. Le recours des viticulteurs de C. auprès du Tribunal européen de première instance était encore en suspens en 2003.


Bibliographie
– V.H. Bourgeois, Au pied du Jura, 1906 (31982)
– M. Fontannaz, Les cures vaudoises, 1986, 36-37
– M. Grandjean, Les temples vaudois, 1988, 102-103

Auteur(e): Philippe Heubi