Vuarrens

Comm. VD, distr. du Gros-de-Vaud, sur l'axe Lausanne-Yverdon-les-Bains, au croisement de la route Moudon-Orbe, comprenant le village de V. et le hameau de Vuarrengel. 1147 Vuarens, 1177 Warens. 42 feux en 1416, 27 en 1453, 426 hab. en 1803, 549 en 1850, 532 en 1900, 429 en 1950, 565 en 2000. Villa romaine fouillée en 1828. Au Moyen Age, l'évêque et le chapitre de Lausanne étaient les principaux détenteurs de terres et de droits à V. Châtellenie du bailliage d'Yverdon sous l'Ancien Régime (1536-1798), V. fut ensuite rattaché au district d'Echallens (1798-2006). La seigneurie fut aux mains des nobles de Lavigny (1675), des Loys, des Joffrey avant d'être acquise par Jean-Pierre Bergier, de Lausanne (1728). Paroisse attestée en 1228, V. eut comme annexes, dès la Réforme, Essertines-sur-Yverdon et Pailly (détaché en 1724). En 1705, l'église actuelle fut fortement restaurée et la cure reconstruite. Remaniement parcellaire en 1964. Traditionnellement voué à l'élevage et à la production laitière (près de 42% des emplois dans le primaire en 2005), V. connaît un développement résidentiel, notamment à Vuarrengel.


Bibliographie
– E. Vion, «Evolution du corpus toponymique de la commune de Vuarrens, Vaud, Suisse, de 1690 à 1983», in Caesarodunum, 1984, no19, 315-344
– M. Fontannaz, Les cures vaudoises, 21987, 100-103, 429
– D. Décosterd, Région du Gros-de-Vaud: programme de développement, 3 vol., 1990

Auteur(e): Marianne Stubenvoll