Oulens-sous-Echallens

Comm. VD, distr. du Gros-de-Vaud. 1207 Ollens. 20 feux en 1453, 52 en 1764, 330 hab. en 1803, 436 en 1850, 396 en 1900, 316 en 1950, 266 en 1970, 427 en 2000. Tumulus hallstattiens, nécropole du haut Moyen Age. Grange de l'abbaye du Lac de Joux, O. dépendait au Moyen Age de la seigneurie d'Echallens. Le village passa ensuite sous la domination de Berne et Fribourg, dans le bailliage commun d'Orbe-Echallens (1484-1798). Les deux Etats y détinrent la juridiction et une partie du fief, le reste appartenant aux familles Thomasset, Mestrezat et de Martines. Le village était administré par l'assemblée des communiers. O. fut ensuite rattaché au district d'Echallens (1798-2006). Annexe de Goumoens-la-Ville au XIIe s., érigé en paroisse par l'abbaye de Montbenoît (Pontarlier) avant 1228, O. passa à la Réforme en 1553; les protestants de Saint-Barthélemy lui furent rattachés en 1640, l'annexe de Bettens en 1837. Eglise romane du XIIe s. (chœur du début du XVIe s.). Remaniement parcellaire (1971-1987). Installation de stockage des déchets stabilisés des cantons romands (ISDS, 1997). Commune agricole (dix-sept exploitations en 2000) et résidentielle, l'ouverture de l'autoroute A1 à la fin des années 1980 ayant favorisé l'installation de navetteurs. En 2005, le secteur primaire fournissait 40% des emplois.


Bibliographie
– E. Dupraz, Introd. de la Réforme par le "Plus" dans le bailliage d'Orbe-Echallens, 1916
– D. Décosterd, Région du Gros-de-Vaud: programme de développement, 3 vol., 1990
– Ph. Roulin, Oulens-sous-Echallens, 2004

Auteur(e): Marianne Stubenvoll