Froideville

Comm. VD, distr. d'Echallens dès 1798. Village du Jorat. 1284 Frigida Villa. 295 hab. en 1764, 470 en 1803, 454 en 1850, 360 en 1900, 289 en 1950, 266 en 1960, 1453 en 2000. Avant la Réforme, F. dépendait spirituellement et temporellement de l'abbaye de Montheron. Au XIIIe s., la région était cultivée par les moines. Ceux-ci furent peu à peu remplacés par des laïcs qui s'établirent à la limite du domaine abbatial, à l'emplacement du village actuel. Les communiers étaient taillables à miséricorde et ne furent libérés qu'en 1455 de toute servitude. Lors de la période bernoise, F. dépendit de la juridiction de la ville de Lausanne; cour de justice et consistoire dits de Montheron. Bailliage de Lausanne. En 1813, Montheron qui avait été réuni en 1803 à la commune de F., fut définitivement rattaché au territoire de Lausanne. F. fait partie de la paroisse de Morrens-Montheron. Un centre œcuménique, premier lieu de culte du village, n'est construit qu'en 1985. Dès le milieu des années 1960, la population de F. a presque quintuplé. Autour du village s'est développée une importante zone résidentielle.


Bibliographie
700 ans à Froideville de 1284 à 1984, 1984

Auteur(e): François Béboux