• <b>Bercher</b><br>L'église et la cure vers 1830, aquatinte aquarellée de  Samuel Weibel (Musée historique de Lausanne).

Bercher

Comm. VD, distr. d'Echallens, Gros-de-Vaud. 1154 de Berchiaco. 41 feux en 1302, 50 en 1416, 153 hab. en 1699, 218 en 1764, 225 en 1798, 329 en 1850, 524 en 1900, 408 en 1950, 878 en 2000. Au Moyen Age B. fut le centre d'une seigneurie comprenant Rueyres, Fey et Saint-Cierges, appartenant aux sires de Cossonay qui l'assujettissent à l'évêque de Lausanne en 1299. Après l'extinction des Cossonay, B. devient l'enjeu de luttes entre Jean de Chalon-Arlay et Aymon de La Sarraz, conflit réglé par Amédée VIII en 1409 en faveur du premier. La seigneurie de B. passa en 1420 sous la domination directe du duc de Savoie puis fut cédée à Humbert de Glérens en 1441. Par mariage, elle échut à Claude Dortans et resta dans cette famille jusqu'en 1683, lorsque Georges de Saussure en hérita. En 1712, Berne l'érigea en baronnie en faveur de Jean-Louis de Saussure; cour de châtellenie avec droit de basse justice. Le vieux château fut démoli entre 1658 et 1732, le château actuel construit à la fin du XVIIe s. Au XIVe s., B. était un bourg avec enceinte. Une organisation communale existe dès la fin du XVe s. Sous le régime bernois, B. faisait partie du bailliage d'Yverdon et possédait une assemblée générale des communiers. Rattaché au district d'Yverdon en 1798, à celui de Moudon en 1803, B. obtint son intégration à celui d'Echallens en 1960. La paroisse, mentionnée dès 1228 (église Notre-Dame), comprend depuis le XVe s. l'annexe de Rueyres, qui en sera détachée entre 1724 et 1846, puis, dès la Réforme, celle de Fey, et le village d'Ogens de 1825 à 1910; nouveau temple en 1724. Moulin (mentionné dès 1332). Forge au lieudit Martinet; une société de Grandson tenta en vain d'y produire du fer-blanc (1726). La fabrique de lait condensé Nestlé (130-140 ouvriers au début du XXe s.) assura un développement important entre 1880 et 1921. Depuis 1889, B. est relié à Lausanne et à Echallens par le chemin de fer LEB. En constante progression démographique depuis les années 1960, B. joue actuellement le rôle de centre économique local. Il est le siège avec Echallens de la coopérative agricole et connaît le secteur tertiaire le plus fort du district (73% des emplois en 1990).

<b>Bercher</b><br>L'église et la cure vers 1830, aquatinte aquarellée de  Samuel Weibel (Musée historique de Lausanne).<BR/>
L'église et la cure vers 1830, aquatinte aquarellée de Samuel Weibel (Musée historique de Lausanne).
(...)


Bibliographie
– R. Paquier, Hist. d'un village vaudois: Bercher, 1972
– D. Décosterd, Région du Gros-de-Vaud: programme de développement, 3 vol., 1990

Auteur(e): Marianne Stubenvoll