Pampigny

Comm. VD, distr. de Morges, au pied du Jura. 1141 Pampiniaco. 120 feux en 1453 (P., Cottens, Montricher, Sévery), 393 hab. en 1764, 627 en 1850, 555 en 1870, 650 en 1900, 528 en 1950, 445 en 1970, 828 en 2000. Le territoire de P. était déjà occupé à l'époque romaine et au haut Moyen Age. Au Moyen Age, la terre de P. se divisait en quatre fiefs. Celui de P., le plus important, relevait du château de Cossonay. Au XVIIe s., la famille de Mestral fit bâtir le château, racheté en 1836 par la commune pour y accueillir l'école. Durant la période bernoise, P. fit partie du bailliage de Morges (Conseil des XII); il fut ensuite rattaché au district de Cossonay (1798-2006). L'église paroissiale était dédiée à saint Pierre; après la Réforme, seul le chœur roman fut utilisé; transformation du temple en 1736. La participation à la construction de la ligne Apples-L'Isle du BAM (Bière-Apples-Morges) en 1896 et la création d'un réseau d'eau sous pression obligèrent le Conseil général à lever un impôt communal dès 1902. Nouveau collège du Champ-Carré en 1983. La population se compose surtout d'agriculteurs, mais aussi de résidents pendulaires.


Bibliographie
– I. Bissegger, La paroisse de Pampigny du milieu du XIVe s. à 1536, mém. lic. Lausanne, 1973
– M. Grandjean, Les temples vaudois, 1988, 77-78, 176-179

Auteur(e): François Béboux