Orny

Comm. VD, distr. de Morges, située au débouché du vallon du Nozon sur la plaine de l'Orbe, comprenant le village d'O. et le lieudit Entreroches. 1011 in Orne. 45 feux en 1453, 180 hab. en 1764, 214 en 1798, 301 en 1850, 302 en 1900, 306 en 1950, 334 en 2000. Nombreux vestiges romains (route, borne milliaire du IIe s., tuiles, établissement avec mosaïque, nécropole à incinération gallo-romaine sur niveau proto-historique). L'église Notre-Dame, attestée en 1177, paroissiale au plus tard en 1228, fut dotée, vers la fin du XVe s., d'un clocher tour à flèche en pierre, emprunté à l'architecture de la vallée du Rhône et du Chablais; après la Réforme, O. devint l'annexe de la paroisse de La Sarraz. Fief des Grandson au Moyen Age, puis des Gingins dès 1542, O. fit partie de la baronnie de La Sarraz jusqu'au démembrement de 1626. Dès lors la seigneurie d'O., amputée de Pompaples en 1645, devint l'apanage d'une branche cadette de la maison de Gingins. O. fit partie du bailliage de Romainmôtier de 1536 à 1798, du district de Cossonay de 1798 à 2006. Municipalité de cinq membres et Conseil général. Un bâtiment de 1795 abritait une salle d'école, un pressoir et un four à pain (restauré en 2002). En 2005, l'agriculture fournit encore 38% des emplois. Dû à Victor de Gingins (1690-1758), le château actuel, échu par legs, en 1871, à l'Etablissement cantonal pour les malades, les incurables et les vieillards infirmes, est devenu l'EMS Cottier-Boys, du nom du donateur.


Fonds d'archives
– Fonds château de La Sarraz, ACV
Bibliographie
– L. Auberson, H. Kellenberger, «Orny: hist. architecturale d'une église paroissiale», in RHV, 1992, 6-64

Auteur(e): Patrick-R. Monbaron