Ferreyres

Comm. VD, distr. de Cossonay dès 1798, versant nord de la vallée de la Venoge. 814 Forrarias, 1011 Ferrieris. 115 hab. en 1764, 164 en 1850, 194 en 1880, 157 en 1900, 147 en 1950, 125 en 1980, 147 en 1990, 222 en 2000. Une vingtaine d'exploitations sidérurgiques ont été en activité de La Tène finale au début du VIIe s. ap. J.-C. au lieudit Bossena, du Ve s. ap. J.-C. à 800 au village même. Sépultures (550-750), trésor monétaire (XIe et XIIe s.). Avant l'an mille, l'église de Lausanne, le couvent de Romainmôtier et l'abbaye de Saint-Maurice possédaient des biens à F. Dès le XIe s., les Grandson élevèrent des prétentions sur F. contre le prieuré de Romainmôtier; les moines récupérèrent toutes leurs possessions en 1130. En 1141, le village fut réuni à la baronnie de La Sarraz. Sous le régime bernois, F. fit partie du bailliage de Romainmôtier. De 1598 à 1818, le village fut un hameau de La Sarraz puis il devint commune. Faisant partie de la paroisse de Saint-Didier (Saint-Loup), F. fut rattaché à celle de La Sarraz à la Réforme. Le village est devenu résidentiel (presque trois quarts de navetteurs en 2000). Au Croset, sur la Venoge, une scierie a remplacé un ancien moulin banal de la seigneurie de La Sarraz.


Bibliographie
– P.-L. Pelet, Fer, charbon, acier dans le Pays de Vaud, 3 vol., 1973-1983

Auteur(e): Emmanuel Abetel