02/11/2010 | communication | PDF | imprimer | 

Napoléon III

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

naissance 20.4.1808 (Charles Louis Napoléon Bonaparte) à Paris, décès 9.1.1873 à Chislehurst (Kent, Grande-Bretagne). Fils de Louis Bonaparte, roi de Hollande, et d'Hortense. Neveu de Napoléon Ier. ∞ Eugénie de Montijo de Guzman. Réfugié avec sa mère au château d'Arenenberg en Thurgovie en 1817, le prince reçut la bourgeoisie d'honneur (comm. Salenstein) en 1832 sans renoncer à sa nationalité française. Entre 1830 et 1836, le futur général Dufour se chargea de son éducation militaire à Thoune et en fit un capitaine d'artillerie bernois. Ils entretiendront tout au long de leur vie d'excellents rapports de confiance et d'estime. Ce séjour helvétique a inspiré N. pour ses Considérations politiques et militaires sur la Suisse (1833). Banni aux Etats-Unis après sa tentative de coup d'Etat contre Louis-Philippe à Strasbourg (1836), le prince revint en Suisse au chevet de sa mère mourante (1837). Sa présence prolongée suscita la colère de la France qui demanda son expulsion (1er août 1838). La Suisse se refusant à expulser l'un des siens, la France prit des mesures militaires; la crise fut dénouée quand N. se résolut à quitter la Suisse (20 septembre 1838). Devenu président de la République française (1848), puis empereur des Français (1852), N. intervint comme médiateur dans le conflit qui opposa la Suisse à la Prusse lors de l'affaire de Neuchâtel (1856-1857). Si l'affaire de Savoie (1860) assombrit momentanément les relations, celles-ci s'améliorèrent lors des traités commerciaux de 1864 sur la zone franche en Haute-Savoie et le libre-échange. Au début de la guerre franco-allemande (1870-1871), Dufour recommanda en vain l'arrêt des hostilités; après la défaite, il assura l'empereur prisonnier de son soutien.


Fonds d'archives
– Musée Napoléon, Arenenberg
Sources imprimées
DDS, 1-2
Bibliographie
– J.-Ch. Biaudet, «Les mesures militaires prises par la France à l'occasion de l'affaire Louis-Napoléon, 1838», in RMS, 1938, n° 10, 490-506
– J.-J. Langendorf, Guillaume-Henri Dufour, ou la passion du juste milieu, 1987
– D. Pedrazzini, «Dufour et les Bonaparte», in Guillaume-Henri Dufour dans son temps, 1991, 63-76
– Ph. Gern, S. Arlettaz, Relations franco-suisses au XIXe s., 1992, 49-81
Napoleon III, cat. expo. Arenenberg, 2008

Auteur(e): Dominic Pedrazzini