Meinisberg

Comm. BE, distr. de Büren, au pied du Büttenberg et sur l'ancien cours de l'Aar. 1332 Meynesberg, ancien nom franç. Montmenil. 245 hab. en 1764, 493 en 1850, 532 en 1900, 675 en 1950, 1189 en 2000. Silex du Mésolithique et du Néolithique dans la région de Scheidwegen, vestiges de La Tène et de l'époque romaine près de Steinen, château fort en bois dans la forêt de Reibenwald. A partir du bas Moyen Age, M. fit partie de la mairie de Perles dans l'Erguël (principauté épiscopale de Bâle) et partagea son destin politique. Dépendant de Berne dès 1816, dans le bailliage (Oberamt), puis district de Büren, M. fut érigé en commune en 1833, tout en restant rattaché à la paroisse de Perles. Avec la construction du canal de Nidau-Büren (1868-1875), la commune se retrouva sur le bras mort de l'Aar. Village agricole (céréales, légumes, vigne) et artisanal avec un peu d'industrie (fabrication d'instruments de poinçonnage, entreprises de construction), M. s'est développé grâce à sa situation résidentielle, en marge de la réserve naturelle de Häftli et à proximité de Bienne, où travaille la plupart des navetteurs (liaison ferroviaire de 1913 à 1940, puis autobus). Certaines tâches communales (école secondaire, maison de retraite, soins à domicile) sont assumées avec les communes voisines d'Orpund, Bienne et Büren an der Aare.


Bibliographie
Pieterlen und Meinisberg, 1965
Meinisberg, 1998
– I. Meili-Rigert, Bauinventar der Gemeinde Meinisberg, 2004

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / FP