Chavannes-le-Veyron

Comm. VD, distr. de Cossonay dès 1798, situé sur un plateau dominant le vallon du Veyron, affluent de la Venoge. Première mention en 1285. 74 hab. en 1764, 91 en 1798, 136 en 1850, 162 en 1900, 103 en 1950, 86 en 1970, 125 en 2000. Au lieudit la Motte, tumulus hallstattien. L'abbaye du lac de Joux possédait des terres et des droits à C., les seigneurs de Cossonay y percevaient un focage. Le village forma une petite seigneurie jusqu'en 1798. Durant la période bernoise, C. fit partie du bailliage de Morges et était géré par l'assemblée des communiers. Le premier lieu de culte du village, rattaché à la paroisse de Cuarnens, date de 1636; délabré, il fut reconstruit en 1844. Au bord du Veyron se trouvait la léproserie médiévale de Cossonay, désaffectée dès le XVIIe s. Le cadastre de 1846 signale une installation hydraulique (scierie, forge et pressoir) au bord du Veyron, encore en activité dans les années 1960. En 1981, réfection de l'école de 1898. C. est demeuré agricole.


Bibliographie
– M. Grandjean, Les temples vaudois, 1988, 93, 315

Auteur(e): François Béboux