Chaux, La (Cossonay)

Comm. VD, distr. de Cossonay dès 1798, composée du village du même nom sur la rive gauche du Veyron et de celui d'Ittens sur la rive droite; située sur la route Lausanne-vallée de Joux par le Mollendruz (reconstruite en 1858). 964 Villa Ittinges, 1228 La Chaus, 1277 de Calce, La Chaux (VD) jusqu'en 1953. 14 feux en 1474, 29 en 1560, 235 hab. en 1764, 484 en 1850,364 en 1900, 320 en 1950, 214 en 1970, 352 en 2000. Deux villae. Un cimetière burgonde a été mis au jour en 1842 et 1847; son emplacement est actuellement ignoré. Alors qu'Ittens restait dans la seigneurie de Cossonay, La C. fut donnée par les seigneurs de Cossonay aux templiers avant 1223. Après la dissolution de l'ordre (1312), elle passa en 1315 aux chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem. De la commanderie dépendirent les hospices d'Orbe, de Villars-Sainte-Croix et de Montbrelloz. Après la Réforme, la commanderie fut sécularisée; inféodée au dernier commandeur, puis en 1539 aux frères du réformateur Guillaume Farel, enfin vendue en 1540 à un gentilhomme picard, Robert du Gard. En 1674, Anne du Gard, en épousant Daniel de Chandieu, réunit les seigneuries de La C. et d'Ittens, qui restèrent dans la famille jusqu'en 1798. La C. fit partie du bailliage bernois de Morges de 1536 à 1798 et un conseil de huit personnes l'administrait en 1764. Au spirituel, La C. a toujours été annexe de Cossonay, mais a eu un diacre de 1667 à 1846. L'église conventuelle dédiée à Notre-Dame disparut après 1547. L'église actuelle, ancienne chapelle Saint-Michel, remonte au XVe s. L'édifice fut agrandi et transformé en 1613 et en 1781. L'ancien espace vert entre La C. et Ittens, pâturages où divaguait le Veyron, est depuis le XIXe s. progressivement colonisé par les bâtiments communaux: auberge, poste, école, laiterie. Le remembrement, fait sous le régime de la "réunion parcellaire", a laissé subsister les anciens chemins aujourd'hui bétonnés. Agriculture (polyculture et élevage laitier), petit artisanat. Après un long déclin, la population croît à nouveau.


Bibliographie
– M. Grandjean, Les temples vaudois, 1988

Auteur(e): Eric Vion