02/02/2005 | communication | PDF | imprimer | 

Flurlingen

Comm. ZH, distr. d'Andelfingen. Village sur le Rhin, à l'extrémité ouest du Cholfirst. 876 Flurlingin. 31 feux en 1467, 170 hab. en 1637, 329 en 1708, 400 en 1850, 902 en 1900, 1023 en 1910, 895 en 1930, 951 en 1950, 1049 en 1960, 935 en 1970, 1248 en 2000.

Nécropole du haut Moyen Age, villula de la marche de Laufen au IXe s., F. partage au bas Moyen Age le destin de la seigneurie de Laufen, qui fait partie du comté de Kibourg pour la haute justice. Zurich dispose dès 1424 ou 1452 de la haute, et dès 1544 de la moyenne justice. La basse justice et la seigneurie foncière appartiennent jusqu'en 1798 à l'évêque de Constance (bailliage d'Uhwiesen). De 1814 à 1841, F. forme une commune avec Uhwiesen et Dachsen. Au spirituel, F. dépend depuis le Moyen Age de Laufen. La léproserie de Geisstal, mentionnée en 1435, est désaffectée à la Réforme et son domaine dissous en 1798. L'ermitage am Stein, consacré à Notre-Dame, fondé en 1371 et pourvu d'une prébende pour une femme, est mentionné jusqu'en 1438. Coutumes et accès à la bourgeoisie sont fixés en collaboration avec les communes de la seigneurie de Laufen et du bailliage d'Uhwiesen. La communauté de F. apparaît au début du XVIe s. dans des documents juridiques. Reconstruite en 1775, la maison de commune comprend une salle à boire, une salle d'école et un clocher. Le vignoble a occupé jadis une surface notable: on a compté jusqu'à dix-huit pressoirs. En 1770, on rencontre des artisans du bâtiment, un tonnelier, un tailleur, un tisserand, un fabricant de bas. Une carrière de tuf est exploitée au XIXe s. En 1849, on construit la route de Feuerthalen, en 1860 une passerelle sur le Rhin en direction de Schaffhouse (rénovée en 1921, remplacée par un pont en 1942), en 1922 un pont sur le Rhin vers la gare de Neuhausen, et, dernier en date, le pont de l'autoroute A4 (1993-1996). Les deux principales industries sont aux XIXe-XXe s. la fabrique de céramique Ziegler (1831-1918) et la ficellerie mécanique de Schaffhouse (1872), aujourd'hui Arova Schaffhausen AG. F. appartient depuis peu à la banlieue schaffhousoise. En 2000, le secteur tertiaire offrait presque la moitié des emplois, le secondaire un peu plus d'un tiers.


Bibliographie
– H. Kläui, Flurlingen von den Anfängen bis in die Neuzeit, 1976

Auteur(e): Martin Illi / PM