Yvorne

Comm. VD, distr. d'Aigle, comprenant le village d'Y. et les hameaux de Versvey, Vers-Morey et Vers-Monthey. 1025-1030 Evurna. 29 feux à Y. et 8 à Vers-Monthey en 1313, 464 hab. en 1764, 542 en 1798, 744 en 1850, 872 en 1900, 772 en 1950, 962 en 2000. Nécropole de l'âge du Bronze, route romaine dans la plaine du Rhône, deux milliaires (47 apr. J.-C. et époque constantinienne), tombes du haut Moyen Age. L'abbaye de Saint-Maurice possédait des biens et des droits à Y. dès le XIIe s., en relation avec la maison d'Ollon, fondée par l'abbé Rodolphe (1153-1168). Partie du Chablais savoyard, Y. fut rattaché par Berne au gouvernement d'Aigle dès 1475. Le village passa au district d'Aigle en 1798. En 1584, un éboulement détruisit une grande partie des maisons, reconstruites plus à l'est en 1607-1608. Un vignoble fut planté sur l'éboulis, qui lui donna son nom en patois (L'Ovaille). La Maison Blanche, édifiée en 1573 et reconstruite en 1609 par Antoine d'Erlach, servit de résidence d'été aux gouverneurs d'Aigle, puis passa à la famille Sinner. Y. releva d'Aigle jusqu'en 1828 et fut érigé en paroisse (1833-1845, dès 1862 avec Corbeyrier et, jusqu'en 1936, Roche; temple de 1838). Une nouvelle route relia Y. à Aigle en 1909; l'autoroute A9 (Relais du Chablais) ouvrit en 1981. Y. est resté une commune viticole; la plaine est vouée à la céréaliculture et à l'horticulture.


Bibliographie
– E. Mottaz, «La destruction de Corbeyrier et d'Yvorne en 1584», in RHV, 1929, 249-253
– F. Mottas, «Milliaires et vestiges des voies romaines du canton de Vaud», in ArS, 3, 1980, 154-168
150 ans de vie paroissiale, [1988]
– O. Meier, Ecroulement rocheux de Luan et lave torrentielle d'Yvorne (VD): 1584, mém. diplôme Genève, 2004

Auteur(e): Jean-Jacques Bouquet