18/12/2014 | communication | PDF | imprimer | 

Noville

Comm. VD, distr. d'Aigle, à l'embouchure du Rhône, sur la rive droite, comprenant le village de N. et le hameau de Crebelley, bâtis sur de légères éminences dans la plaine alluviale. La proximité de Villeneuve (Villa Nova) rend l'identification de N. problématique. 903 Nova villa, 1162/1173 Nouila. 207 hab. en 1798, 376 en 1850, 415 en 1900, 467 en 1950, 427 en 1980, 647 en 2000. Nécropole du haut Moyen Age à Crebelley. Au Moyen Age, l'abbaye de Saint-Maurice et divers seigneurs avaient des droits sur les terres de N. qui relevaient au temporel de la châtellenie de Chillon, au spirituel du diocèse de Sion. Sous le régime bernois (1476-1798), N. fit partie des gouvernement et mandement d'Aigle (châtellenie avec Rennaz et Roche), puis passa en 1798 au district d'Aigle. L'église paroissiale, dédiée à saint Maurice et attestée en 1177, relevait du Grand-Saint-Bernard. Une confrérie du Saint-Esprit est attestée en 1309. Dès le XIIIe s. (au plus tard), N., Villeneuve, Rennaz et Crebelley exploitaient en commun certains bois et pâturages. Partage des biens indivis avec Villeneuve en 1809, Rennaz en 1840, 1877, 1905 et 1992. Les crues du lac et les errances du Rhône ont conduit à l'endiguement du fleuve (XIXe s.) et à la construction du Grand Canal (1840-1850), ce qui permit d'étendre les terres cultivables (tabac, cultures maraîchères). En 2000, on dénombrait vingt-cinq exploitations agricoles; la Société de laiterie (1947) a été dissoute en 2008. N. connaît depuis les années 1980 un développement résidentiel; en 2000, plus des trois cinquièmes de la population active sont des navetteurs. La zone d'importance nationale des Grangettes est inscrite à l'inventaire fédéral des paysages, sites et monuments naturels d'importance nationale, à celui des sites marécageux et à celui des zones alluviales.


Bibliographie
– F. Baatard et al., Noville & Rennaz, 2004

Auteur(e): Liliane Desponds