27/01/2004 | communication | PDF | imprimer | 

Chessel

Comm. VD, distr. d'Aigle dès 1798, village sur la rive droite du Rhône. 1364 Chessey. 17 feux en 1313, 24 en 1338, env. 5 en 1356, 10 en 1502, 99 hab. en 1764, 129 en 1798, 132 en 1850, 167 en 1900, 141 en 1910, 202 en 1950, 191 en 1980, 314 en 2000. Habitat romain ou du haut Moyen Age sous l'église; nécropole de date indéterminée. Les Pontverre, puis les Châtillon possédèrent des biens à C., qui relevait de la châtellenie de Chillon. Métralie avec cour de justice du gouvernement d'Aigle, de la conquête bernoise (1475) à 1798. Paroisse du diocèse de Sion, avec confrérie du Saint-Esprit, C. ne put rester catholique (1528) et devint annexe de la paroisse réformée de Noville (1728-1833, annexe de Roche). Eglise romane Saint-Nicolas (XIIIe-XIVe s., fondations du Xe ), avec flèche maçonnée et fragment de fresque du XVe s. Avant la construction du pont de la Porte du Sex en 1839 (reconstruit en 1905), il y avait un bac: en 1618, la commune donna une terre aux passeurs contre la gratuité de la traversée pour les habitants. Les "barrières du Rhône" (digues) sont mentionnées dès le XVe s.; en 1841, la régie des digues prélevait une taxe sur le flottage et sur les immeubles. Une zone de villas (1975) et un camping-caravaning (années 1960) ont amené de nouveaux résidents.


Fonds d'archives
– Dossier église de Chessel (1982), arch. MAH VD, ACV
Bibliographie
– P. Dubuis, Le jeu de la vie et de la mort: la population du Valais (XIVe -XVIe s.), 1994

Auteur(e): Jean-Jacques Bouquet