No 1

Gailland, Ulrich

naissance 16.5.1872 à Bagnes, décès 9.5.1933 à Monthey, cath., de Bagnes. Fils de Louis Hercule, instituteur. Concubinage avec une femme mariée, Marie-Louise Meylan, institutrice. Ecole normale de Sion, instituteur en Valais puis dans le canton de Vaud. Vers 1900, G. abandonne l'enseignement pour se lancer dans le journalisme. D'abord exclusivement animé d'un anticléricalisme virulent, il évolue peu à peu vers le socialisme. En 1901, il fonde La Lutte (1901-1906), puis La Libre-Pensée, Le Phare, etc. Avec Karl Dellberg, il reprend La Justice (1910-1913). En 1906, il tenta en vain de constituer un parti socialiste valaisan. Dès 1921, signes de maladie mentale. Bientôt interné à l'hôpital de Cery (Prilly), puis à celui de Malévoz où il finit ses jours.


Bibliographie
– L. Imhof, «Les débuts de la presse socialiste en Valais», in Ann. val., 1952, 231-240
– A. Clavien, «Les origines du PS valaisan», in Les origines du socialisme en Suisse romande, éd C. Cantini et al., 1989, 189-212

Auteur(e): Alain Clavien