13/07/2005 | communication | PDF | imprimer

Cevio

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Comm. TI, distr. de Vallemaggia; chef-lieu du cercle de la Rovana. Elle comprend de nombreux villages répartis sur un territoire assez vaste, au confluent de la Maggia et de la Rovana. 1335 Zevio. 700 hab. (avec Linescio) en 1591, 500 en 1761, 491 en 1801, 927 en 1850, 602 en 1860 (sans Linescio), 398 en 1900, 326 en 1920, 504 en 1950, 562 en 1970, 413 en 1990, 497 en 2000. C. a toujours été le chef-lieu de la vallée, le siège de l'administration politique, le point de référence et de rencontre de la population; on y trouve les bureaux du district, l'école secondaire et l'hôpital, inauguré en 1922. L'ancienne communauté (vicinia), qui a englobé Linescio jusqu'en 1858, est mentionnée depuis 1230. Au XVe s., C., Cavergno, Bignasco et les communes du val di Campo formaient la communauté dite Rovana Superior. Plusieurs bâtiments historiques témoignent d'un passé florissant: le tribunal (ancienne résidence des baillis), quelques demeures bourgeoises ayant appartenu à la famille Franzoni et de nombreuses maisons des familles bourgeoises. Le village de Boschetto, presque abandonné, est particulièrement intéressant, car sa structure du XVIIe s. est encore intacte. Afin de préserver le patrimoine artisanal et la documentation historique, le musée ethnographique du val Maggia a été installé en 1963 dans le palais Franzoni, monument historique protégé. La paroisse a été détachée de celle de Maggia avant le XIIIe s.; Bignasco, Menzonio, Someo, Campo, Cerentino et Linescio s'en séparèrent entre le XVe et le XVIIIe s. L'église prévôtale Saint-Jean-Baptiste, plusieurs fois transformée au XIXe s., est mentionnée pour la première fois en 1253. Celle de Notre-Dame du Pont, à Rovana, est un édifice baroque de valeur (1651), intéressant pour ses stucs, ses peintures (fresques d'Isidoro da Campione) et ses statues. Le village de C. a été fréquemment endommagé par les inondations; celle de 1648 fut particulièrement désastreuse. L'agriculture, l'élevage, l'exploitation des forêts, qui ont presque disparu aujourd'hui, et l'extraction du gneiss ont été pendant des siècles les activités principales de la population; de nombreux d'habitants ont aussi émigré dans la Valteline et outre-Atlantique. En 2000, la population travaille dans les secteurs secondaire et tertiaire.


Bibliographie
Il Comune, 1978, 73-93

Auteur(e): Daniela Pauli Falconi / LT