No 1

Nahl, Johann August

naissance 22.8.1710 à Berlin, décès 22.10.1781 à Kassel, prot., du Brandebourg-Ansbach, de Chardonney-sur-Morges (1746). Fils de Johann Samuel, sculpteur, et d'Eva Maria Borsch. ∞ 1736 Anna Maria Gütig. Formé par son père, N. effectua des voyages d'études en France et en Italie avant d'être nommé sculpteur de la cour à Berlin (1741). Il vint à Berne en 1746 et acheta le domaine de Tannen à Reichenbach (comm. Zollikofen). Les œuvres majeures de cette période comprennent le monument funéraire de Beat Ludwig May à Thoune (1747) et ceux de Jérôme d'Erlach (1751) et de Maria Magdalena Langhans (1753) à Hindelbank. Ce dernier montre une mère et son enfant, qui à l'appel des trompettes de la résurrection, émergent du couvercle fendu d'un sarcophage en grès. Il fit connaître N. dans toute l'Europe. Sa simplicité dramatique impressionna Wieland et Goethe; elle émut toute une génération de voyageurs amateurs d'art, comme en témoignent de nombreuses descriptions et reproductions. Appelé à Kassel en 1755, N. y enseigna dès 1767 à la nouvelle académie (directeur de la la section de sculpture en 1777).


Bibliographie
DBAS, 775
– M. Flury-Rova, «Symbol der Ewigkeit», in Kunst und Stein, 48, 2003, no 4, 6-12

Auteur(e): Dieter Ulrich / VW