Stabio

Comm. TI, distr. de Mendrisio, près de la frontière italienne, comprenant les hameaux de San Pietro et Gaggiolo. 1067 Stabio. 500 hab. en 1591, 660 en 1643, 827 en 1723, 1060 en 1801, 1780 en 1850, 2255 en 1900, 1796 en 1950, 3627 en 2000.

Les trouvailles archéologiques faites à San Pietro prouvent une présence humaine permanente de 400 av. J.-C. environ au VIIe s. Cette exceptionnelle continuité est attestée par la découverte de sépultures de l'âge du Fer, d'une nécropole et de vestiges de maisons de haut rang de l'époque romaine, de traces d'un culte à Mercure et de nombreuses tombes lombardes (riche mobilier funéraire d'un guerrier lombard découvert en 1999). En 1181, les Orelli de Locarno vendirent leurs droits de dîme sur la région à l'évêque de Côme. En 1275, les abbayes bénédictines de Saint-Abonde à Côme et de Saint-Ambroise à Milan, entre autres, possédaient des biens et des droits à S. Au spirituel, le village releva du vicariat de Mendrisio, dont il se sépara avant 1575. L'ancienne église paroissiale Saints-Pierre-et-Lucie, datant du haut Moyen Age (VIIe s.), fut reconstruite entre le XIIe et le XIIIe s. L'actuelle église paroissiale Saints-Jacques-et-Christophe-Martyr, mentionnée en 1275, fut rebâtie à la fin du XVIe s. et agrandie au XVIIIe et au XXe s. Les habitants vivaient des revenus de l'agriculture, de l'élevage et de la viticulture, complétés par ceux de l'émigration des artistes et des artisans, d'abord vers les villes du centre et du nord de l'Italie, puis outre-mer. De violents heurts entre conservateurs et radicaux eurent lieu à S. le 22 octobre 1876, faisant trois victimes; appelés "événements de S.", ils obligèrent la Confédération à intervenir et donnèrent lieu à un procès retentissant. Au XIXe s., la filature de la soie, puis l'industrie du tabac se développèrent. En 1902 fut ouverte la première fabrique de S., la chemiserie Realini, reprise en 1976 par le groupe Ermenegildo Zegna (env. 900 employés en 2005). Découverte vers 1850, la source thermale fut exploitée par quelques établissements et était encore utilisée au début du XXIe s. à des fins thérapeutiques. Inaugurée en 1926, la ligne ferroviaire S.-Mendrisio fut fermée après seulement deux ans. Dès les années 1960, la commune a connu un remarquable développement industriel (alimentation, mécanique, habillement, textiles et production de composants pour véhicules électriques et hybrides), routier (port franc, douanes de Gaggiolo et Clivio) et résidentiel. En 2005, le secteur secondaire offrait 73% des emplois (occupés principalement par des frontaliers). Le Musée de l'héritage rural du Mendrisiotto a été inauguré en 1981.


Bibliographie
ISOS TI, 1, 2005, 233-253
– C. Pastore, «Archeologia a Stabio», in AST, 138, 2005, 309-318
– R. Cardani Vergani, S. Pescia, éd., Stabio antica, 2006

Auteur(e): Stefania Bianchi / AMC