Pourtalès [de]

Famille d'origine huguenote, venue de Lasalle, dans les Cévennes, toujours existante. Louis (1692-1751), reçu bourgeois de Genève en 1716, négociant et banquier, puis son fils Jean-Jacques furent à la tête de Pourtalès et Cie de Genève. Son frère Jérémie (1701-1784), bourgeois de Neuchâtel en 1729, souche des lignées neuchâteloises, avait quitté son pays pour Lyon, puis Genève, enfin Neuchâtel et fut associé par son beau-père Jean-Jacques Deluze à son commerce d'indiennes en 1737. Le génie commercial de son fils aîné Jacques-Louis ( -> 3) put prendre appui sur les vastes relations commerciales établies par Jérémie et lia le nom des P. au grand négoce et à la banque du XVIIIe s. Les appuis politiques furent assurés par les familles alliées (Deluze), puis par les P. eux-mêmes, Paul (1735-1821) et Jacques Louis (1765-1831), membres des conseils de Neuchâtel, ensuite Louis ( -> 5). Frédéric (1799-1882), fils de ce dernier, fut le meneur du putsch royaliste de 1856.

Jacques-Louis est l'ancêtre de la branche aînée, divisée en trois rameaux issus de ses trois fils. De Louis descendent les sous-branches de Neuchâtel, Berne, Laasow (Prusse), Genève et d'Amérique. Le deuxième rameau, avec notamment les P. de Paris, vient de James Alexandre ( -> 4). Frédéric ( -> 1) est l'ancêtre de celui de Berlin. Frère de Jacques-Louis, Henri (1726-1796), pasteur, donna naissance à la branche cadette, éteinte en ligne masculine avec Roger (1915-1991).

Grâce au commerce et à une habile politique matrimoniale, les P. entrèrent au XIXe s. dans la noblesse européenne. Jérémie fut anobli par Frédéric II en 1750; Jacques-Louis acheta la seigneurie de Tloskau en Bohême et obtint l'anoblissement héréditaire et le titre de chevalier en 1811. A la troisième génération, Louis, ses frères James Alexandre et Frédéric devinrent comtes prussiens. Plusieurs de leurs descendants servirent dans l'armée, comme Hermann, père de Guy ( -> 2) le romancier, ou la diplomatie prussienne, comme Albert (1812-1861) et son neveu Frédéric (1853-1928). Outre plusieurs seigneuries en Europe centrale, les P. possédèrent l'hôtel DuPeyrou à Neuchâtel (1799-1806), l'ancienne chartreuse de La Lance (1794-1927) et le château de Gorgier (1813-1879). L'hôpital Pourtalès fondé en 1808 par Jacques-Louis fut ensuite soutenu par son fils Louis.


Fonds d'archives
– Fonds, AEN
Bibliographie
Almanach généal. suisse, 1, 413-424
– L. Bergeron, «Pourtalès et Cie, (1753-1801)», in Ann: économies, sociétés, civilisations, 25, 1970, no 2, 498-517
– L.H. Mottet, dir., Les grandes heures des banquiers suisses, 1986, 125-142
– R. Cramer, Les Pourtalès 1300-2000, 2000
– P. Allanfranchini, Pourtalès: une fondation au service d'un hôpital, 1808-2008, 2008

Auteur(e): Myriam Volorio Perriard